Comment se libérer des blessures émotionnelles ?

Beaucoup de gens ont accumulé de nombreuses blessures, des mémoires douloureuses. C’est peut-être votre cas. Parfois,nous avons vraiment des choses lourdes qui vivent en nous.

Et tous ces bagages du passé nous empêchent d’être nous-même…  Ils nous envahissent trop souvent de choses désagréables et inconfortables, qui polluent notre présent.

Mais vous savez, c’est possible de s’en libérer. Puisque nous avons pu accumuler ces choses-là, nous pouvons aussi nous en libérer. Et vous, vous ne faites pas exception à cette règle.

Justement, à travers cette vidéo, vous allez découvrir comment vous libérer de vos blessures et de vos mémoires douloureuses.

 

 

 

Nos blessures sont des accumulations

 

Le mental est un instrument. C’est un outil. Mais souvent, c’est à cause d’un manque de connaissance de soi et d’une mauvaise utilisation de cet instrument, que nous avons tendance à accumuler de nombreuses choses :

 

Des mémoires douloureuses

Des peurs et des blocages

Des croyances limitantes (et parfoistoxiques)

 

Toutes ces choses-là sont des accumulations et elles ont pris racine dans notre subconscient.

Maintenant, nous avons aussi un corps. Et le corps est aussi un instrument, c’est un véhicule. Mais toujours à cause d’un manque de connaissance de soi et d’une relation néfaste avec notre intérieur, nous avons aussi accumulé de nombreuses choses dans le corps :

 

Des blessures

Un bagage de lourdeur

Des émotions réprimées

Un corps de souffrance

 

Et toutes ces choses-là sont aussi des accumulations, et elles ont pris racine dans notre corps.

En gros, c’est parce que nos blessures et nos mémoires douloureuses ont pris racine dans notre intérieur, qu’elles nous rendent la vie difficile.

 

 

 

Mais pourquoi cela nous rend la vie difficile ?

 

En fait, dans la vie de tous les jours, nous sommes confrontés à de nombreuses situations. Et parfois, certains stimulus vont réveiller notre corps de souffrance et nos blessures intérieures.

Une situation particulière peut réveiller quelque chose en nous. Parfois, une simple remarque peut réveiller quelque chose en nous. Ou d’autres fois, on va juste croiser une personne et cela peut réveiller quelque chose en nous. 

En fait, n’importe quelle situation qui résonne avec un schéma de douleur de notre passé, va réveiller quelque chose en nous.

Cela peut être n’importe au quoi. Ça dépend juste de vos expériences de vie, et de ce que vous avez accumulé en vous.

Mais là où je veux en venir, c’est que généralement, quand le corps de souffrance se réveille, le mental à tendance à faire beaucoup de bruit. Il analyse et juge les émotions. Il commence à se dire : 

 

Mais pourquoi j’ai ça en moi ?

D’où ça vient ? Je ne veux pas me sentir comme ça !

Je déteste ça ! Comment je peux changer ?

 

En fait, le mental se met à opposer beaucoup de résistance face à ce qui est en train de se produire dans le corps. Pourtant, tout ce à quoi l’on résiste, prend encore plus de place dans notre vie.

Mais le mental ne s’arrête pas là… Il va finir par se laisser embarquer dans les émotions. Il va ressasser le passé. Il va revivre ses mémoires douloureuses, ses blocages et ses peurs. En gros, il va remuer le couteau dans la plaie.

 

 

 

Un cercle vicieux

 

Tout cela, c’est un gros cercle vicieux. En remuant le couteau dans la plaie, cela réveille nos vieilles blessures, puis en jugeant et en résistant aux émotions, nous ne faisons que les renforcer.

Plus on résiste plus la situation persiste.

En fait, la racine du problème vient de la relation que l’on entretient avec le mental. Il y a deux grandes causes qui entretiennent nos blessures :

 

1.  La résistance du mental face à une émotion : lorsque, avec le mental, nous jugeons et nous n’acceptons pas ce qui se produit en nous, nous entrons dans un état de lutte et de conflit intérieur. En faisant cela, nous réprimons encore plus nos blessures à l’intérieur de nous-mêmes.

2.  Replonger dans nos mémoires douloureuses : en ressassant le passé, nous alimentons nos blessures. Nous les nourrissons.

 

En faisant cela, nous entretenons le cercle vicieux. C’est pourquoi, l’idéal serait de briser ce cercle, et pour cela, nous devons cesser d’entrer dans la sphère des émotions avec le mental.

Nous devrions simplement accueillir ce qui vit en nous. Nous devrions aussi retrouver une relation plus saine avec le mental, afin de lui permettre de se libérer de ses blocages. 

 

 

 

Une trop forte identification

 

Mais le souci, c’est qu’aujourd’hui, nous avons développé une si grande identification envers le corps et le mental que l’on croit être ces entités. Naturellement, on est fortement attaché à tout ce qui se produit en nous.

Quand une mémoire douloureuse ou une pensée négative survient dans notre esprit, elle nous perturbe et nous dérange… De même, lorsqu’une blessure ou une émotion douloureuse survient dans notre corps, elle nous dérange et nous perturbe, alors nous avons envie d’y résister.

 

 

Pour résumer, la pensée est devenue compulsive. Le mental est devenu comme un singe fou. Il est incontrôlable. Et quand il est incontrôlable, on ne peut pas retrouver une relation plus saine avec lui. On ne peut pas cesser de résister ou cesser de replonger dans nos mémoires douloureuses.

C’est pourquoi, la solution pour se libérer des blessures et des mémoires douloureuses sera, en premier lieu, de se  » désidentifier  » du corps, des émotions, et surtout, du mental.

  

 

 

Retrouver notre véritable centre

 

Concrètement, nous sommes des êtres spirituels faisant l’expérience de la vie humaine. Et le corps, le mental et les émotions sont les instruments qui permettent à notre essence de goûter à cette dimension physique.

C’est pourquoi, la désidentification et le détachement sont cruciaux. Car si nous voulons développer une relation bienveillante avec le corps, le mental et les émotions,nous devons être capables de les guider avec amour.

 

Et pour cela, on doit cesser de se confondre avec eux !

 

On devrait aborder la vie dans la pleine conscience, et se recentrer dans l’Être, notre véritable nature. On devrait faire UN avec l’instant présent.

C’est seulement lorsque nous sommes dans la pleine conscience qu’il y a une distance qui se créer vis-à-vis du corps, du mental et des émotions.

Et, plus nous sommes présents, plus nous pouvons prendre conscience de nos schémas de pensées et de nos réactions compulsives.

Naturellement, on est moins porté à entretenir, et à prendre parti avec les blessures du mental. On est moins porté à juger, analyser et résister à tous ce qui se produit en nous.

 

 

 

Être dans l’accueil

 

Dans la présence, nous pouvons accueillir les choses et les observer avec bienveillance. Et observer, c’est s’en détacher. Puis lorsqu’on est détaché, on est déjà dans la solution.

C’est comme à vélo, quand on cesse de pédaler, le vélo finit toujours par tomber à terre. De même, quand on cesse d’alimenter et d’entretenir les blessures du mental et du corps de souffrance, ils commencent tous les deux à se dissoudre.

En fait, la pleine conscience, c’est comme un plongeon dans le vide. Et c’est depuis ce vide que le trop-plein commence naturellement à remonter à la surface.

Nous devenons comme un canal ouvert. Tout remonte !

Bien sûr, cela suscite encore plus d’angoisse et de peurs car, nous nous retrouvons tout à coup confrontés à tous nos plus grands démons et parfois, c’est un raz-de-marée d’émotions qui va se produire en nous.

Mais encore une fois, il faut lâcher les résistances du mental et accueillir dans la pleine conscience et donc ne pas juger ou interpréter. Il faut juste observer.

 

 

 

Et voilà !

 

C’était un plaisir de partager cette vidéo avec vous. J’espère sincèrement qu’elle pourra vous accompagner dans votre processus de dépouillement personnel et de guérison.

J’aimerais également exprimer toute ma gratitude envers Nassrine Reza, l’auteur des livres Le pouvoir de l’accueil et la Nutri-émotion.

Si vous souffrez intérieurement, et que vous avez accumulé de nombreuses blessures émotionnelles, je vous invite vraiment à découvrir son message. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez faire à vous-même.

 

Passez une belle journée ☺

Nils

 

 

 

  •  
  •   
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *