Une vie heureuse : un travail intérieur

 

La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

 

En effet, sur le chemin de la vie, diverses difficultés se présentent à nous. Parfois tout va bien et on dirait même que les planètes sont avec nous. Alors que d’autres fois, on se prend des claques et on finit à terre. Et même si les obstacles et les difficultés ne sont pas les mêmes pour tout le monde, nous y avons tous droit 🙂

 

Certaines personnes font face à des difficultés d’ordre financier alors que d’autres ont des difficultés d’ordre social ou même psychologique. Il y a toutes sortes de difficultés : problèmes de santé, maladies, limitations physiques, manque d’estime personnelle et d’amour propre, timidité, traumatismes, déception amoureuse, perte d’un être cher, etc.

 

Il y en a de toutes les couleurs et on y a tous droit. Aucune exception !

Bien sûr, certaines personnes ont plus de difficultés que d’autres. Alors que deux personnes évoluent dans le même environnement, elles peuvent toutes deux vivre une expérience complétement différente. L’une aura l’impression de nager à contre-courant alors que l’autre abordera la vie avec tranquillité.

 

J’en suis l’exemple vivant… D’un point de vue extérieur, j’ai toujours tout eu pour être heureux : une famille qui m’aime et me soutient, des ami(e)s géniaux, un lieu de vie presque paradisiaque (je vis en Nouvelle-Calédonie), une situation financière confortable, etc. Pourtant, malgré cela, j’ai longtemps été misérable intérieurement. J’ai fait plusieurs dépressions, j’ai été mal dans ma peau, j’ai fait de la phobie sociale, je me suis créé tout plein de problèmes de santé, etc.

 

Mais alors, comment se fait-il qu’on puisse autant souffrir intérieurement quand tout va si bien dans notre environnement ? Pourquoi certaines personnes ont-elles plus de facilités que d’autres ?

 

 

 

 

Là où je mets mon attention, grandit !

 

La vie véritable se déroule toujours à l’intérieur. Nous ne sommes responsables que de nous-même. Ce qui se passe dans notre intérieur, c’est notre propre fabrication.

Dans notre intérieur, tout nous appartient. Et même si la douleur est réelle, la souffrance quant à elle, est notre propre fabrication. On a vraiment la liberté du choix. Et cette liberté est si grande, que si on en fait mauvais usage, cela peut nous causer énormément de souffrance.

 

« La douleur est inévitable, la souffrance est un choix. »

 

Bref, si une personne a plus de facilités qu’une autre, c’est tout simplement parce que son monde intérieur est plus harmonieux que celui de la personne qui a l’impression de ramer à contre-courant.

Notre monde extérieur est toujours le reflet de notre monde intérieur. Et en nous, nous pouvons cultiver aussi bien le paradis que l’enfer. C’est pourquoi notre expérience du monde extérieur dépend toujours de ce qu’on vit dans notre intériorité. En gros, dans cet article, nous allons découvrir que vivre une vie heureuse, passe par un travail intérieur.

 On découvre ça ensemble 😉

 

 

 

 

On vit trop à l’extérieur :

 

Aujourd’hui, l’introspection n’est pas vraiment mise en avant. À la place, on observe une véritable accélération du rythme de vie. Aujourd’hui, tout va beaucoup plus vite et en plus de cela, l’environnement est de plus en plus distrayant. Les téléphones, les e-mails, les notifications, le travail… ça n’arrête plus et avec tout ça, on a vite fait de se disperser.

En effet, on se laisse facilement happer par les éléments extérieurs. À tel point qu’on finit par laisser notre environnement gouverner ce qui se passe dans notre intérieur.

 

Et lorsqu’on disperse continuellement notre attention vers tous ces éléments extérieurs, la plus grande partie de notre énergie créatrice s’écoule en dehors de nous-même. Elle s’écoule vers toutes ces choses du monde extérieur qui rivalisent pour attirer notre attention.

Maintenant, cela soulève une question intéressante : combien d’énergie nous reste-t-il dans notre monde intérieur pour créer quelque chose de nouveau dans notre vie ?

 

En effet, lorsque notre attention, et donc notre énergie, est divisée entre tous ces objets, personnes et problèmes extérieurs, il ne nous reste plus beaucoup d’énergie pour cultiver notre monde intérieur.

En effet, plus nous nous dispersons et plus nous avons de chance de réagir aveuglément et compulsivement à notre environnement. Et naturellement, on finit par laisser notre environnement externe contrôler nos pensées et nos sentiments. On laisse le monde entier créer la personne que l’on est. Parfois, on va même jusqu’à placer notre estime personnelle dans le regard de l’autre…

 

Alors, vous l’avez compris, le seul moyen de trouver de l’espace, c’est de cultiver un esprit calme et présent. Tout l’inverse d’un esprit dispersé. En faisant cela, nous avons plus d’énergie disponible pour créer quelque chose de nouveau dans notre vie ou pour, tout simplement, arrêter de focaliser notre attention sur les problèmes (et donc pour ne pas s’en rajouter).

 

 

 

 

Ce qui est de notre seul ressort : notre intérieur

 

Vous l’avez bien compris, tout se passe à l’intérieur de nous-même. Et c’est pourquoi on ne devrait jamais laisser le monde extérieur créer la personne que l’on est. Ni notre environnement, ni notre entourage, ni la douleur, ni notre corps et notre passé ne doivent déterminer la personne que l’on choisit d’être intérieurement.

 

Comme le dit Sadhguru (yogi et mystique indien) : La plupart du temps, les gens réagissent à presque tout ce qui se produit à l’extérieur. Ils réagissent car ils pensent que l’intérieur et l’extérieur sont deux choses identiques. Imagine que je t’insulte. Imagine que je te traite d’imbécile. Ce mot m’appartient. Et ce qui se passe en toi ne dépend que de toi, n’est-ce pas ? Le mot imbécile n’a en fait rien de blessant. Ce n’est pas une balle. C’est juste un son. Alors, c’est la façon dont tu réagis, qui peut causer les plus grandes blessures, pas ce qui provient de l’extérieur.

 C’est pourquoi la plupart de nos problèmes sont nos propres constructions. Ils sont pour la plupart l’effet de notre réaction compulsive à ce qui provient de l’extérieur. Et c’est parce que les gens ont perdu le contact avec l’intérieur, qu’ils réagissent à la moindre petite chose qui se produit à l’extérieur.

Ce qui se passe à l’extérieur, vous ne pouvez pas le contrôler, laissez-le à l’extérieur. Au lieu de cela, occupez-vous de votre intérieur. »

 

En gros, on ne devrait jamais laisser notre monde extérieur gouverner notre intérieur. La qualité de notre réalité personnelle est vraiment de notre ressort. C’est dans notre intérieur qu’on peut trouver la cause de la grande majorité de nos problèmes, et donc la solution. On n’est responsable que de soi.

 

« Chacun est tenu de se développer par lui-même, et de l’intérieur ». Abd-ru-shin.

 

Pour illustrer tout cela, j’aimerai partager les mots de David Goggins. Pour ceux/celles qui ne le connaissent pas, il est considéré comme l’homme le plus dur, puissant et acharné au monde. Il est le seul membre des forces armées américaines à avoir suivi à la fois la formation de Navy SEAL, l’entraînement tactique des contrôleurs aériens de la US Army Ranger ainsi que l’entraînement des forces aériennes. C’est un coureur américain d’ultra-marathon, un cycliste d’ultra-distance et un triathlète. Il a effectué plus de 50 courses d’endurance et a vécu l’impensable pour renforcer son esprit et son corps. Il est aussi l’ancien détenteur du record du monde pour le plus grand nombre de tractions effectuées en 24 heures.

 

Bref, il n’y rien d’étonnant à ce que certains le qualifient de surhomme. Pourtant, lorsqu’il raconte son histoire, on se rend vite compte qu’il n’avait pas du tout les prédispositions pour devenir la personne qu’il est aujourd’hui. Ayant beaucoup souffert durant son enfance, il raconte à quel point il était une personne faible et fragile (sur le plan physique aussi bien que mental) durant la première parte de sa vie. Je vous invite vraiment à découvrir son témoignage en visionnant cette vidéoCa en vaut vraiment la peine.

 

Maintenant, pour plus d’inspiration, voici les mots de David Goggins : Alors que je me considérais comme l’être humain le plus faible de la planète j’ai un jour pris la décision de devenir l’homme le plus dur que Dieu ait jamais créé. À partir de ce jour, j’ai arrêté de me préoccuper de l’extérieur. Je ne me suis soucié que de ce qui est dans mon intérieur.

 Si vous voulez de la grandeur, de l’amour, de la joie ou de la force, vous devez aller en vous-même pour les trouver. Ce qui veut dire, que vous devez être tranquille. Vous devez rechercher votre âme. Rechercher votre centre. Pour cela, vous avez juste à fermer le bruit dans votre tête. C’est un travail intérieur. C’est une compétence non-cognitive. »

 

Après cela, il n’y a plus grand chose à ajouter. Tout ce qu’on recherche, on a la possibilité de le trouver au cœur de nous-même. Mais pour cela, encore faut-il trouver le silence nécessaire pour creuser.

La vie véritable, la vie proprement dite, se déroule toujours au niveau spirituel. En effet, chacune de nos pensées crée une impression sur le cerveau. Ces impressions créent des tendances mentales. Ensuite, ces tendances mentales créent notre caractère, nos capacités et notre détermination. Et l’action combinée du caractère, des capacités et de la détermination, détermine les expériences que nous rencontrons dans la vie. En gros, nous rencontrons dans le monde extérieur seulement les expériences qui correspondent à notre monde intérieur.

 

« Le monde intérieur est la fontaine d’approvisionnement universelle et le monde extérieur est l’embouchure du ruisseau. » Charles Haanel.

 

 

 

 

Comment reprendre le contact avec notre monde intérieur :

 

Bref, vous comprenez maintenant pourquoi le fait de reprendre contact avec notre intériorité peut révéler un vrai sentiment de liberté. Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir la suite de cet article. Dans celui-ci, j’aborderais le même thème dans une vision un peu plus pratico-pratique. Cliquez ici pour découvrir comment reprendre le contact avec votre monde intérieur ( article en construction, restez connectés 😉 ).

 

 

 

Et voilà !

 

C’est la fin de cet article. J’espère sincèrement qu’il vous aura inspiré. En attendant, n’oubliez pas de découvrir la suite de l’article (article en construction, restez connectés).

De plus, je vous invite vraiment à me laisser un commentaire. Je suis vraiment curieux d’avoir votre retour sur le sujet et je me ferai un immense plaisir de vous lire et de répondre. Pensez aussi à partager ou à cliquer sur j’aime car cela améliorera la visibilité de mes articles sur Google et d’autres personnes pourront ainsi les découvrir.

Passez une belle journée.

Nils

 

 

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
    61
    Partages
  • 61
  •  
  •  

2 réflexions sur « Une vie heureuse : un travail intérieur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *