Pourquoi devrions nous réapprendre à penser ?

.

.

Je n’ai pas une maîtrise parfaite de mon esprit et bien souvent, c’est lui qui me mène à la baguette. Mais je ne suis pas le seul.

Nous sommes nombreux à avoir un mental bruyant. Parfois, il ne nous laisse aucun répit…

Pourtant, le cerveau est un instrument, et c’est justement parce que c’est un instrument que ce n’est jamais une bonne idée de le laisser aux commandes de notre vie.

.

.

En effet, cette inversion des rôles (quand l’instrument prend la place du maitre) est responsable des nombreux petits malheurs que l’on se crée, et que l’on continue de se créer consciemment ou inconsciemment dans notre vie.

Auparavant, j’avais le sentiment d’avoir un petit démon dans la tête, et comme je l’écouter et que je croyais tout ce qu’il avait à me dire, je m’étais créé un enfer de limitations et de complexes et j’étais très mal dans ma peau.

Mais vous voyez, je suis persuadé que l’on peut tous redevenir maître de notre cerveau (et donc de notre vie). C’est un apprentissage.

Tout comme l’on apprend à jouer d’un instrument, penser avec sagesse est un art qui se développe. C’est possible. Facile ? Non. Mais possible, oui.

.

*  *  *

.

Justement, dans cet article, vous découvrirez pourquoi la faculté la plus importante de notre vie (celle de penser) est devenue hors de contrôle. Vous comprendrez aussi comment la pensée peut devenir répétitive, inutile, négative et parfois carrément nuisible.

Je le répète, je suis loin d’être maître de mon esprit et je ne fais rien d’autre que partager mon cheminement personnel pour réapprendre à penser.

 

 

Le cerveau – Ami ou Ennemi ?

.

Le cerveau est un outil merveilleux. Il est merveilleux car aujourd’hui, il nous permet de baigner dans un confort qu’aucun de nos ancêtres n’avait connu auparavant.

Notre réfrigérateur, notre voiture, notre téléphone et toutes les avancées technologiques qui nous facilitent la vie et qu’on utilise au quotidien sont le fruit de cet outil merveilleux.

Mais en plus d’être merveilleux, le cerveau est un outil puissant. Il est si puissant qu’il peut être responsable de notre bonheur comme de notre malheur.

.

.

En effet, les pensées que nous entretenons dans notre tête depuis notre enfance, façonnent sans relâche notre monde intérieur et notre personnalité.

Et c’est notre personnalité construite jour après jour qui détermine notre façon d’appréhender la vie et les événements du quotidien.

Le bonheur comme le malheur dont nous faisons l’expérience dans notre vie, dépend beaucoup des graines que nous avons plantées depuis notre enfance et que nous continuons de planter jour après jour dans le terreau de notre esprit.

C’est pourquoi, le cerveau est si puissant qu’il peut nous faire vivre aussi bien le paradis que l’enfer ! Qui aurait pu croire que l’intelligence puisse faire souffrir et rendre malheureux ?

Pourtant, chez de nombreuses personnes, le cerveau est devenu un véritable tourmenteur. Beaucoup de gens sont constamment envahis de pensées négatives, de doutes, de peurs, d’inquiétudes et cela les rongent de l’intérieur.

 

 

L’outil a pris la place du maitre

.

Le cerveau est un outil. Il est ici pour nous faciliter la vie et non pour la rendre plus difficile !

Et comme chaque outil, on devrait l’utiliser pour effectuer une tâche précise et le poser une fois la tâche accomplie. Malheureusement, la réalité c’est que c’est bien souvent lui qui nous utilise.

Et quand il nous utilise, la pensée devient non seulement répétitive et inutile, mais elle devient aussi souvent négative et parfois carrément nuisible.

Mais cela, on ne peut pas se le reprocher, personne ne nous a jamais appris comment penser. On ne l’apprend pas à l’école. On ne nous l’apprend nulle part.

.

Or, le cerveau peut se montrer merveilleux seulement si on sait l’utiliser de façon adéquate, et il est si puissant qu’il ne faudrait jamais le laisser aux commandes de notre vie.

Car si c’est le cas, il peut vite devenir notre pire ennemi. Ça a été mon cas pendant longtemps mais aujourd’hui, je reprends petit à petit les commandes du navire.

 

 

Où est le problème ?

.

Comme on l’a vu, le cerveau est un outil merveilleux et il ne devrait jamais être considéré comme un problème. Le problème, c’est quand la faculté la plus importante de notre vie (le mental) est hors de contrôle.

Le cerveau ne devrait jamais raconter sa propre histoire, il devrait raconter l’histoire que l’on choisit de raconter.

Quand il est hors de contrôle, le cerveau devient comme un singe fou qui attrape une branche après l’autre (une pensée après l’autre).

.Comme une main que l’on n’arriverait plus à tenir en place et qui choisirait de raconter sa propre histoire. Imaginez comme ce serait enquiquinant si votre main décidait de ne plus vous écouter ?

.

Le problème, c’est quand penser devient une addiction. Nous passons 90% du temps dans notre tête. On pense, on rumine et en plus de ça, 90% de nos pensées sont répétitives.

On est devenu des pros du recyclage, on recycle constamment des informations que l’on a déjà emmagasinées.

..

Le problème, c’est quand penser devient une maladie. Qui n’a jamais souffert du passé ou du futur ? Qui n’a jamais culpabilisé en repensant à un événement passé ? Qui n’a jamais ressenti de l’anxiété en appréhendant le futur ?

Pourtant, le passé comme le futur n’existent pas. Seul l’instant présent est réel. Le passé est terminé et le futur est un rêve. Alors comment pouvons-nous souffrir de quelque chose qui n’existe pas ?

En psychologie, lorsqu’une personne souffre de quelque chose qui n’existe pas, on dit qu’elle est folle…

Si vous aussi vous avez déjà souffert de quelque chose qui n’existe pas, alors la pensée compulsive est devenue votre maladie (la maladie survient lorsque les choses ne sont plus en équilibre).

.

*  *  *

.

C’est pourquoi, je pense qu’il est temps de nous libérer de la masturbation cérébrale en reprenant notre place véritable, qui ne se situe pas dans le mental, mais dans l’Être (ou la conscience).

« … Mais puisque le mental est en général coupé de sa nature véritable, la salle de commande est vide. Du coup, le mental, n’ayant plus de commandant, n’a pas d’autre choix que de prendre le contrôle (…) »   Lulu

.

Nous ne sommes pas le cerveau. Le cerveau est un outil. C’est un moyen, pas une fin. Maurice Chapelan disait : Les pensées, même abstraites, doivent rappeler que le cerveau est irrigué par le cœur.

 

 

Petit exercice

.

Il existe un exercice très simple pour savoir si vous êtes maître de votre esprit. Si vous réussissez l’exercice, la suite de l’article ne vous concerne pas car vous êtes déjà maître de votre esprit. Si vous échouez, il y a de fortes chances que la suite de l’article vous intéresse.

.

Voici l’exercice : asseyez-vous confortablement et ne faites strictement rien pendant seulement 10 minutes. Quand je dis de ne rien faire, je veux dire que vous devez juste ÊTRE pendant 10 minutes et donc vous ne devez vous investir dans AUCUNE des pensées qui traversent votre esprit.

Si vous arrivez à être une simple présence attentive pendant 10 minutes, vous avez réussi l’exercice. Si vous vous êtes égaré dans le flux de vos pensées, vous avez échoué et c’est un indicateur que votre esprit est hors de votre contrôle (comme 90% des gens).

.

Maintenant, dans la suite de l’article, nous allons voir comment reprendre les commandes de notre cerveau et réapprendre à penser avec plus de sagesse, mais avant cela, nous devons comprendre le pourquoi du comment.

 

 

Pourquoi le cerveau nous mène à la baguette ?

.

Les deux grandes causes de l’esclavage du mental sont :

1. Nous mettons trop d’emphase sur le mental

2. L’identification au mental

 

 

1. Trop d’emphase sur le mental

.

Le mental ne représente qu’une toute petite portion de l’intelligence. Par exemple, le corps possède une intelligence phénoménale.

À chaque seconde, ce sont des milliards de réactions biochimiques qui s’opèrent au sein du corps. Le cœur, les reins, le foie, chaque cellule œuvre dans l’organisation la plus parfaite qui soit.

Imaginez la catastrophe qui se produirait si on offrait cette responsabilité au cerveau. Ceci est un petit exemple parmi tant d’autres mais là où je veux en venir, c’est que le cerveau n’est pas l’unique détenteur de l’intelligence.  Bien qu’il soit un outil merveilleux, il a aussi ses limites.

Pourtant, depuis l’enfance, on nous a appris à ne mettre l’emphase que sur lui. Nous avons appris à donner énormément d’importance aux pensées.

.

Cerveau d'epongeVous savez, les enfants sont comme des éponges. Ils absorbent tout ce qu’on leur dit.

L’environnement dans lequel un enfant grandit aura énormément d’impact sur son développement psychologique.

.

Le souci, c’est que 90 % des humains sont des « cerveaux sur pattes » complètement dominés par leurs pensées. Alors en grandissant, nous avons aussi pris l’habitude d’appréhender la vie depuis notre mental.

C’est pourquoi, aujourd’hui, on analyse, on juge, on découpe la vie en morceaux et on met des étiquettes partout. On utilise tellement notre cerveau qu’on finit même par s’identifier à lui.

.

Comme le partage Eckhart Tolle dans son livre le pouvoir du moment présent, en grandissant, cette sur-utilisation du cerveau vient créer un écran opaque de concepts, d’étiquettes, d’images, de mots, de jugements, de définitions et tout cela vient former une image mentale sur laquelle se base notre conditionnement personnel et culturel.

Cela vient former une entité fantomatique que l’on appelle l’ego (ou le faux soi). L’ego est la représentation que l’on a de soi et du monde. Ce n’est qu’une représentation.

En fait, ce phénomène de l’ego est un processus que l’on crée et que l’on maintient en vie à tout instant. Osho illustre cela en expliquant que c’est comme pédaler à vélo.

.

Tant que l’on pédale, le vélo avance. Si l’on arrête de pédaler, le vélo s’arrête. Il peut continuer un peu à cause de l’élan mais dès que l’on arrête de pédaler, le vélo s’arrête progressivement.

Pour l’ego c’est pareil, c’est parce qu’on lui donne de l’énergie qu’il se maintient en vie. Et pour ça, on fait inconsciemment et consciemment un travail quotidien énorme pour le maintenir vivant.

 

 

2. L’identification au mental :

.

Cerveau et gazÀ partir du moment que l’on s’identifie avec des concepts, étiquettes, images ou avec notre passé, la pensée devient compulsive.

On s’identifie à notre mental et on appréhende la vie seulement à travers lui. Et c’est de là que provient la suractivité de l’esprit !

Sadhguru illustre bien cela : quand on mange de la mauvaise nourriture, du gaz se forme dans l’estomac. Et ce gaz, on ne peut pas le retenir longtemps.

De même, l’identification avec notre mental produit de la « diarrhée mentale » et la pensée devient compulsive.

.

Comme on l’a vu plus haut, au bout d’un moment, penser devient même une addiction ! C’est quoi une addiction ?

C’est simplement quand on n’arrive plus à s’arrêter de faire quelque chose. C‘est plus fort que soi. Et cela nous donne aussi un faux sentiment de plaisir qui finit souvent par se transformer en douleur.

.

*  *  *

.

En gros, le cerveau nous mène à la baguette car on est pris dans un cercle vicieux. On a perdu les commandes du navire et comme on ne connaît pas notre vraie nature. On ne fait que fuir la réalité et se projeter dans des désirs et des rêves ce qui nous éloigne encore plus du poste de commande.

Comme le dit si bien le vieil adage : « Connais-toi toi-même ».

La connaissance de notre nature véritable, c’est l’unique moyen pour reprendre le contrôle du cerveau. Bien sur, la connaissance de soi ne devrait jamais être recherchée dans notre cerveau. Rappelons-le, le cerveau n’est rien d’autre qu’un outil.

.

..J’aimerais partager avec vous une petite phrase qui me parle beaucoup.

Attention ! Il y a dans cette phrase un mot qui peut faire peur ou repousser beaucoup de gens. Il s’agit du mot Dieu. Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain, si ce mot vous repousse, remplacer le par un mot qui vous parle.

.

« En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâce ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous. »  Romains 1:20 – 1:22

.

Rappelez-vous la citation que j’ai partagé un peu plus haut : Les pensées, même abstraites, doivent rappeler que le cerveau est irrigué par le cœur.

A force d’être perdu dans nos pensées et de n’appréhender la vie qu’à partir de notre mental, on s’éloigne toujours plus de notre cœur et de notre essence : l’être (ou la conscience).

 

 

Comment redevenir maître de soi ?

.

Dans ce cas, comment reprendre notre place véritable (qui ne se situe pas dans le mental) et redevenir maître de notre esprit ?

Qu’on se mette tout de suite d’accord, ce n’est pas quelque chose que l’on peut apprendre du jour au lendemain, mais c’est possible et c’est justement ce qu’on verra dans le prochain article.

Cliquer ici pour découvrir comment réapprendre à penser.

 

 

Et voilà !

. 

Comme nous l’avons vu, lorsqu’on est coupé de notre place véritable, le cerveau n’a pas d’autre choix que de prendre le contrôle. Et quand l’outil prend possession du maître, la faculté la plus importante de notre vie devient hors de contrôle.

La pensée devient répétitive et inutile, mais elle devient aussi négative et parfois carrément nuisible. Pourtant, le cerveau ne devrait jamais raconter sa propre histoire, il devrait raconter l’histoire que l’on choisit de raconter.

En tous cas,si vous désirez aller plus loin avec moi et découvrir comment couper le bruit dans votre tête et retrouver plus de tranquillité et de maitrise intérieure, je vous invite à télécharger le petit guide gratuit que j’ai écrit et qui est disponible un peu plus bas 🙂

.

*  *  *

.

Voilà, j’espère sincèrement que cet article vous a plu et inspiré, et si c’est le cas, je vous invite à me laisser un commentaire. Je suis vraiment curieux d’avoir votre retour sur le sujet et je me ferais un immense plaisir de vous lire et de répondre.

Pensez aussi à partager l’article ou à cliquer sur j’aime car cela améliorera la visibilité sur Google et d’autres personnes pourront aussi découvrir l’article.

.

Passez une belle journée.

Nils

.

.

  •  
  •   
  •   

4 réflexions sur « Pourquoi devrions nous réapprendre à penser ? »

  1. Encore une fois ton article tombe à pic dans ma vie. Merci pour ton partage c’est un très bel article très bien construit. Merci merci !

  2. Bonjour Nils,

    Ton article est vraiment au top, ça fait du bien de te lire.
    Je t’applaudis pour ta volonté de changement et de reprendre ta vie en main, c’est un parcours difficile, sur le long terme, mais nécessaire pour se sentir mieux dans sa vie.
    Merci pour ce blog authentique :).

    1. Bonjour Charlotte,
      Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂
      C’est vraiment motivant et ça me pousse à persévérer dans l’écriture de mon blog.
      Je suis content que l’article t’ait plu. Il y en a beaucoup d’autres à venir dans la même thématique.
      À bientôt,
      Nils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *