Moment présent VS Objectif futur

 

 

J’ai écrit un article sur mon autre blog – Productif Zen – dans lequel j’ai donné des outils pour mieux atteindre nos objectifs. Comme vous le savez peut-être, Productif Zen est un blog sur l’organisation, la gestion du temps, l’accomplissement et le développement personnel. En fait, on parle de tout cela sans perdre de vue l’essentiel : trouver le bonheur et la paix intérieure dans l’ici et maintenant. Rechercher cela à l’extérieur de soi, c’est comme vouloir saisir l’horizon. Plus on avance, plus il s’éloigne… C’est pourquoi je pense que c’est plutôt à l’intérieur de soi qu’il faut creuser.

 

D’ailleurs, j’ai appelé le blog Productif Zen et non « Productif » tout court, car je donne beaucoup d’importance au calme intérieur et au moment présent.

 

 

 

Pourquoi je donne autant d’importance au moment présent ?

 

Parce que nous avons placé notre centre au mauvais endroit. Aujourd’hui, nous vivons et appréhendons le monde depuis notre mental. Pourtant, si vous êtes déjà entré en méditation, vous vous êtes sans doute aperçu que nous ne sommes pas nos pensées. En méditation, lorsque nous sommes suffisamment calmes et présents, nous pouvons observer les pensées qui défilent comme des nuages.

 

Très vite, on se rend compte qu’il y a l’être (ou la conscience) et le mental :

  • L’être, c’est notre vraie nature.
  • Le mental, c’est un outil.

 

Le souci, c’est qu’au lieu d’avoir notre centre dans l’être, on l’a malencontreusement mis dans le mental. Plutôt que d’avoir notre centre dans l’instant présent, on jongle constamment entre le passé et le futur.

 

 

Dans notre société, toute l’emphase est mise sur l’intellect. Nous donnons énormément (trop) d’importance aux pensées. Et l’intellect est comme un couteau. Il est très bon pour découper la vie en morceaux et mettre les choses dans des boîtes avant d’y coller des petites étiquettes.

 

Alors depuis l’enfance, avec cette sur-utilisation de l’intellect, on s’est créé un écran opaque d’impressions, d’étiquettes, d’images, de concepts, de souvenirs et de définitions. A cause de tout cela s’est formé une image mentale sur laquelle on base notre conditionnement personnel et culturel. Voilà d’où vient l’ego qui n’est rien d’autre qu’une « entité fantomatique » basée sur notre passé et nos croyances.

 

À ce sujet, il y a un texte de Osho qui me parle beaucoup :

« Quelque chose est arrivé, quelque part dans le passé… Un enfant vient au monde : il n’est pas accepté tel qu’il est, beaucoup de choses doivent être modifiées, imposées, il doit être discipliné, éduqué. Il y a beaucoup de parties de lui-même que la société, la mère, le père, l’entourage, ne peuvent accepter ; ces parties doivent donc être refusées, réprimées. L’enfant doit donc trouver une solution. Il lui faut refuser les nombreux fragments de son être dont la manifestation n’est pas permise. Il lui faut les refuser à un tel point que lui-même en perd conscience. Voilà ce qu’est la répression »

 

Alors avec toute cette répression, notre Être c’est vite retrouvé recouvert d’un ramassis de croyances : « Ça c’est bien, ça ce n’est pas bien, c’est comme ça, c’est comme si, non pas comme ça, plutôt comme ça, j’aime ça, j’aime pas ça ». On a fait de notre esprit une poubelle et avec autant d’impuretés, notre vision de la réalité est complètement altérée.

 

Au lieu de voir les choses telles qu’elles sont, on interprète la réalité en regard de notre conditionnement. Alors autant vous dire que notre vision de la réalité est VRAIMENT altérée… Chez certaines personnes, la poubelle est si pleine que l’Être est complètement étouffé. Recouvert de détritus. Recouvert de masques. Et c’est sous ce ramassis de croyances et d’indentifications que se cache notre pureté, notre spontanéité véritable.

 

En gros, c’est pour me libérer de l’esclavage du mental que je donne autant d’importance à la pleine conscience. Pour me libérer de mon addiction de penser et pour reprendre enfin les commandes du navire.

 

Maintenant, vous allez peut-être me dire que vous n’êtes pas esclave de votre mental et que vous êtes maître de vous-même. Pour le vérifier, j’ai un exercice à vous proposer :

Fermez les yeux et contentez-vous « d’être » pendant 10 petites minutes. Pendant ce court laps de temps, n’investissez dans aucune des pensées qui traversent votre esprit. Ne pensez pas. Entrez en communion avec l’instant présent. Si vous y arrivez, vous êtes maître de votre esprit. Si vous n’y arrivez pas, alors j’ai le regret de vous annoncer que vous en êtes l’esclave.

Bref ! Vous savez maintenant pourquoi je donne autant d’importance au moment présent :

  1. Pour re-connaître ma vraie nature.
  2. Pour me dépouiller de tout ce qui n’est pas moi.
  3. Et pour redevenir maître de mon esprit.

 

J’en viens maintenant au sujet principal de cet article.

 

 

 

Moment présent VS Objectif futur :

 

Donc comme je l’ai dit plus haut, j’ai écrit un article sur « Comment atteindre un objectif », et en écrivant ce texte, je me suis vite retrouvé face à un paradoxe :

 

Poursuivre un objectif c’est chercher à obtenir un résultat futur. Mais alors, vivre le moment présent et poursuivre un objectif futur est assez paradoxal, non ?

 

Dans ce cas :

Vivre le moment présent est-il compatible avec la poursuite d’un objectif futur ?

Faut-il renoncer à tous nos objectifs pour vivre le présent ?

 

J’en suis venu à me poser ces questions après avoir lu un article (the best goal is no goal) de Leo Babauta sur son blog Zen Habit. En effet, l’auteur explique sa démarche qui est de vivre sans jamais se donner aucun objectif. À la place, il se laisse porter au gré de l’instant et de ses passions.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Léo Babauta, vivre en pleine conscience du moment présent est quelque chose qui lui tient aussi vraiment à cœur.

 

Voici ce qu’il pense des objectifs :

Selon lui, nous avons tendance à nous laisser limiter par nos objectifs. En fait, en étant déterminé à atteindre un résultat futur, on ne peut jamais être satisfait de notre situation car on regarde un objectif futur. C’est lui qui nous motive et non apprécier le moment présent à sa juste valeur. De plus, lorsque notre état d’esprit est orienté vers l’avenir, c’est sans fin car lorsqu’on atteint le but, on cherche immédiatement un prochain objectif à atteindre.

Il a fait le choix de vivre sans aucun objectif car pour lui la destination n’a pas autant d’importance que le processus, le voyage. Pour lui, rien ne laisse autant de flexibilité que de n’avoir aucun objectif. Plutôt que de s’inquiéter de savoir où il pourrait être dans un an, il préfère se focaliser sur ce qu’il vit en ce moment. C’est quelque chose qu’il apprécie de plus en plus. Qu’il réussisse ou non, n’est pas du tout la question. Tout ce qui compte pour lui, c’est qu’il fasse ce qu’il aime.

 

Plutôt intéressant comme style de vie, non ?

 

En effet, ça porte à réflexion. Je me suis même demandé si ce ne serait pas mieux de renoncer à mes objectifs. Mais après avoir soupesé la question, je conçois que vivre dans la pleine conscience est compatible avec les objectifs.

 

En fait, je pense qu’il faudrait trouver un certain équilibre entre la spiritualité et la vie humaine. J’aime beaucoup cette citation :

« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant des expériences spirituelles. Nous sommes des êtres spirituels vivant l’expérience humaine. » – Teilhard de Chardin

 

Nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. En gros, nous ne sommes pas venus ici pour vivre dans une caverne en quête d’expériences spirituelles. Le spirituel, c’est notre vrai nature. Alors, nous sommes ici pour vivre de belles expériences humaines, pour nous amuser, pour danser, pour chanter et vivre nos passions.

 

Mais le souci, c’est que nous sommes majoritairement esclaves de notre mental et de notre passé. Nous avons perdu notre centre et nous nous sommes complètement identifiés au temps et à la matière. L’équilibre est rompu. Nous avons complétement délaissé le spirituel. Nous avons oublié notre vrai nature.

 Ce n’est pas parce quils sont nombreux à avoir tort quils ont raison ! – Coluche

 

Alors le seul moyen de retrouver notre centre, c’est de reprendre contact avec notre Être. Et la seule façon d’Être, c’est de vivre dans le moment (le spirituel existe en dehors du temps). C’est le seul moyen de se débarrasser complétement de toutes négativités et d’embrasser chaque instant dans la joie. Dans ce cas, s’intéresser à la méditation est nécessaire seulement pour retrouver notre centre.

 

 

 

L’art de se donner (et d’atteindre) un objectif :

 

Ensuite, si l’on veut pouvoir se créer un environnement confortable et réaliser nos projets, savoir se donner des objectifs est nécessaire. Mais on devrait apprendre à faire cela sans perdre le fil du présent. Dans ce but, on doit apprendre à utiliser notre temps de manière plus intelligente. Dans l’idéal, on plonge dans le passé et le futur lorsque c’est nécessaire.

 

  • On peut plonger dans le passé lorsqu’on veut apprendre de nos erreurs et progresser.
  • On peut plonger dans le futur lorsqu’on veut se donner une direction et avoir une image claire des actions à poser dans l’ici et maintenant pour progresser vers notre but.

 

Et on devrait en rester là.

Facile à dire. Plus difficile à mettre en application. Mais c’est un choix à faire. Personnellement, cela fait quelques années que je fais un travail personnel pour retrouver mon centre et me libérer de mon addiction de penser. Malheureusement, c’est une addiction qui n’est pas beaucoup comprise puisque la majorité d’entre nous en souffre. Il n’existe pas de « centre de réhabilitation » pour se libérer de cette addiction. Quelques centres de méditation commencent à voir le jour à droite à gauche mais ça avance doucement. Alors faire ce travail personnel demande beaucoup de volonté et de patience car cela nécessite d’avoir du temps pour soi et de ne pas être surchargé de responsabilités (sinon il devient difficile de trouver le silence intérieur).

 

Mais c’est justement pour cela que j’ai créé le blog Productif Zen. Si vous cherchez un équilibre en votre spiritualité (votre monde intérieur) et votre vie de tous les jours (votre monde extérieur), le blog pourra sans doute vous intéresser. Vous découvrirez des articles sur l’organisation, la gestion du temps et l’accomplissement. En gros, comment mieux jongler entre nos responsabilités et trouver plus de paix intérieure et de sérénité dans notre quotidien 🙂

 

 

 

Et voilà !

 

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous inspirera pour trouver un meilleur équilibre entre votre vie intérieure et votre vie extérieure. Et si le cœur vous en dit, je vous invite à me laisser un commentaire, à me poser une question, ou à simplement partager un retour d’expérience. Je me ferais un plaisir de vous lire et de répondre.

 

Si l’article vous a plu, pensez aussi à faire un tout petit geste en le partageant ou en cliquant sur j’aime.

Bonne journée à vous.

Nils

 

 

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
    32
    Partages
  • 32
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *