L’art de remettre au lendemain

 

Nous ne sommes pas des machines. Certaines machines peuvent travailler 24/24. Mais, ce n’est pas le cas des humains ! Nous, on a besoin d’équilibre 🙂

 

 

Pour progresser dans nos tâches quotidiennes et dans nos projets, il faut bosser ! Jusqu’ici, on est d’accord. Cependant, notre temps est limité. Et c’est parce que le temps est limité, qu’on ne peut pas tout faire.

Nous ne sommes pas des machines. Certaines machines peuvent travailler 24/24. Mais, ce n’est pas le cas des humains ! Nous, on a besoin d’équilibre.

C’est pourquoi, savoir remettre au lendemain est essentiel pour maintenir un équilibre dans notre vie. Le problème, c’est que certaines personnes ont du mal à trouver cet équilibre.

 

D’un côté, il y a les procrastinateurs : ceux qui ont tendance à tout repousser jusqu’à la dernière minute. Ces gens-là sont des experts pour remettre au lendemain. D’ailleurs, ils le font peut-être un peu trop… Ils manquent souvent de motivation et ont beaucoup de mal à se lancer (et parfois ils ne se lancent jamais). C’est pourquoi ils n’accomplissent pas grand-chose. Certes, ils ont du temps pour eux-mêmes, mais ils n’avancent pas beaucoup vers leurs objectifs.

 

D’un autre côté, il y a les précrastinateurs (eh oui, ce mot existe) : ce sont les personnes qui ont tendance à vouloir tout faire dès la première minute. Lorsqu’elles commencent une tâche, elles veulent la finir le plus rapidement possible. Ces gens-là accomplissent beaucoup de choses. Ça c’est sûr… Mais ils le font en dépit de leur propre bien-être. Ils manquent souvent de temps libre, sont parfois surmenés et s’épuisent au travail. Et c’est sans dire que forcer les choses dès la première minute est un frein pour la créativité (on y viendra un peu plus loin).

 

Dans ce cas, pour devenir un Productif Zen, on devrait trouver un équilibre entre la procrastination de dernière minute et la précrastination. On devrait trouver le juste milieu. C’est ce que l’on va découvrir ensemble.

 

Dans cet article, vous verrez qu’en développant l’art de remettre au lendemain, on peut :

  1. Prendre du recul et avoir plus de créativité.
  2. Trouver plus d’équilibre et de bien-être dans notre journée.

 

 

 

Prendre du recul et avoir plus de créativité.

1.    Plus de créativité :

 

Les gens qui procrastinent sont souvent mal vus. En fait, je pense que la procrastination est mal comprise. Les gens ont tendance à mettre la procrastination de dernière minute et le simple fait de remettre au lendemain dans le même bateau.

Pourtant, accepter de reporter une tâche au lendemain est parfois la chose la plus intelligente à faire. D’ailleurs, beaucoup des plus grands penseurs étaient de vrais procrastinateurs.

 

Pour l’écriture de son célèbre discours « I have a dream », Martin Luther King a travaillé et réécrit son speech jusqu’à la  dernière minute. Juste avant de monter sur scène, il a continué à y apporter des modifications.

 

Il existe de nombreux exemples comme celui-ci. Par exemple, pour écrire le discours de Gettysburg (l’un des discours les plus importants de l’histoire américaine), Abraham Lincoln a commencé à écrire le paragraphe de fin seulement la nuit qui a précédé le discours. Et ce n’est qu’au matin qu’il l’a finalisé.

 

Ces gens-là avaient compris le pouvoir de la procrastination. Mais alors, vous vous demandez peut-être en quoi la procrastination peut favoriser la créativité ?

 

C’est simple : nous avons une meilleure mémoire pour les tâches incomplètes que pour les tâches complètes. Lorsque nous terminons un projet, on le classe et on l’oublie. Mais quand il est toujours d’actualité, il reste actif dans notre esprit. En fait, prolonger une tâche, laisse le temps à notre esprit de vagabonder et d’envisager de nouvelles idées. En effet, les idées les plus originales ne sont pas toujours les premières à se présenter.

 

« Vous appelez ça la procrastination, moi j’appelle ça penser. »

             Aaron Sorkin (scénariste et producteur de cinéma).

 

Un autre exemple : pour peindre le célèbre portrait de Mona Lisa, Léonard de Vinci a travaillé pendant 16 ans. Durant cette période, il apportait continuellement de nouvelles retouches. Et c’est cela qui a fait de La Joconde, l’une des œuvres d’art les plus célèbres de tous les temps.

A ce sujet, voici ce qu’il a écrit dans son journal : « Dites-moi si quelque chose a déjà été terminé. ». En gros, la seule limite à notre propre créativité, c’est le temps. Seul le temps nous offre l’opportunité de faire des sauts inattendus et de libérer notre créativité.

 

 

LE PIÈGE À ÉVITER :

 

Maintenant, vous comprenez pourquoi forcer les choses est un frein pour notre créativité. Lorsqu’on s’empresse de boucler un travail, on se précipite pour mettre en œuvre l’idée la plus facile. De plus, on n’a pas le temps de prendre du recul pour penser. Au lieu d’être créatif, le travail devient désespéré.

En forçant les choses, notre créativité naturelle ne peut pas couler.

 

Alors pour laisser libre cours au flux de notre créativité, il est nécessaire de savoir remettre les choses au lendemain. Pour cela, on doit trouver le juste équilibre.

 

 

On fait cela en ajoutant une toute petite dose de procrastination dans nos journées : au lieu de tout faire dès la première minute ou d’attendre la dernière minute pour se lancer dans nos projets, on devrait apprendre à étaler notre travail dans le temps.

 

On apprend à procrastiner de façon libérée et choisie. C’est pour cela que j’affectionne tout particulièrement la méthode des petits pas. Plutôt que de faire un gros effort qui demande beaucoup d’énergie et de volonté une fois de temps on temps, on s’applique à poser de toutes petites actions quotidiennes. Faire juste un petit pas quotidien, c’est très facile. Alors que faire un très grand pas une fois de temps en temps, ça demande énormément de volonté et d’énergie.

Malheureusement, beaucoup de personnes abandonnent leurs projets quand elles se retrouvent confrontées à la charge de travail nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Justement, elles ont l’impression de manquer de volonté et d’énergie. Bref, ces gens-là n’ont pas compris l’importance des petits pas.

 

J’en viens au fait : en plus de libérer notre créativité, savoir remettre au lendemain nous rend plus productif sur le long terme.

 

 

L’IMPORTANCE DES PAUSES :

 

Pour aller encore plus loin dans mon propos, je pense qu’il est également important de faire plus de pauses dans nos journées.

 

Dans mon article « Zen et productif avec la méthode Pomodoro », je partageais l’importance de prendre des pauses toutes les 25 minutes. En effet, il est reconnu scientifiquement que nos performances cognitives commencent à diminuer après environ 25 minutes (les références scientifiques sont dans l’article). Au-delà de 25 minutes, le cerveau commence à se disperser et notre attention s’affaiblit.

A l’inverse, prendre de petites pauses régulières permet d’offrir un peu calme et de repos au cerveau qui peut ensuite repartir sur de bonnes bases lors d’une prochaine session de travail. En faisant cela, on reste au top de nos performances cognitives tout au long de la journée.

 

Graphique Pomodoro

 

Bref, les pauses ne sont pas à négliger. En prenant des pauses, on croit perdre du temps, mais c’est l’inverse qui se produit. Et oui, comme on est plus productif, on finit par accomplir plus en moins de temps. Cerise sur le gâteau, en prenant du recul, notre créativité se libère et notre cerveau à le temps d’envisager de nouvelles idées.

Personnellement, je suis un adepte des petites sessions de travail et des pauses régulières. Et ce que je partage dans cet article est vraiment tiré de ma propre expérience. Pour la créativité, je trouve que c’est vraiment efficace. Lorsque j’écris un article, c’est souvent pendant mes petites pauses que de nouvelles idées surgissent dans mon esprit.

 

En bref : petite (ou grande) pause = plus de recul = plus de nouvelles idées.

Je vous invite à cliquer ici pour découvrir l’article que j’ai écrit sur l’importance de prendre des pauses 😉

 

 

 

Trouver plus d’équilibre et de bien-être dans notre journée.

2.   Plus d’équilibre :

 

En plus de libérer notre créativité, apprendre à remettre au lendemain nous permet de trouver plus de bien-être et d’équilibre dans notre journée. En effet, quand on a du mal à remettre au lendemain, il devient difficile de trouver un petit créneau de libre pour les loisirs, le sport ou toutes les choses qui comptent pour soi.

 

Travailler c’est bien. Travailler sur des projets qui nous passionnent, c’est encore mieux. Mais au bout du compte, il n’y a pas que le travail dans la vie…

Pourtant, il existe aujourd’hui des citations du genre : « Le travail c’est la vie. Quand j’ai entendu cette citation pour la première fois, j’ai failli mourir de rire. Comment est-il possible de définir la vie par le travail ? La vie est si vaste. Elle est infinie. Elle n’a aucune limite. Et pourtant, certaines personnes arrivent à mettre la vie dans une toute petite boîte sur laquelle est écrit : travail.

 

La vie c’est bien plus que le travail. La vie, c’est les oiseaux, la mer, la montagne, les copains, la famille. La vie elle est partout et pas seulement dans le travail. Il y a tant d’autres choses à apprécier que nos fesses sur une chaise et nos yeux fixés sur un écran d’ordinateur. Tout le monde ne travaille pas dans un bureau, mais en gros, ce que je veux dire, c’est que le monde est plein d’émerveillement, alors pourquoi ne pas en profiter ?

En tant qu’êtres humains, nous sommes censés nous détendre et faire des choses pour nous libérer du quotidien. Le sommeil, la détente et le jeu sont intégrés dans notre ADN.

 

Maintenant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le travail à toute son importance. C’est nécessaire. En fait, c’est essentiel et c’est en partie ce qui fait l’humain. On a tous des rêves et des projets qui nous tiennent à cœur. Mais, je pense qu’il est aussi nécessaire de trouver un équilibre. Comme on dit : les prisonniers du boulot ne font pas de vieux os.

 

Alors, en plus du travail, on ne devrait pas oublier :

  • Les loisirs et les jeux.
  • La détente.
  • L’amour.
  • La famille.
  • Les ami(e)s.
  • L’exercice et le sport.
  • La nature et l’aventure.
  • Et bien plus…

 

Toutes ces choses devraient aussi faire partie de nos priorités du quotidien. Et pas seulement le travail.

 

« Méfie-toi le la stérilité d’une vie trop remplie. »J’aime beaucoup la citation de Sénèque qui disait : « Méfie-toi le la stérilité d’une vie trop remplie. »

C’est tellement important d’avoir du temps pour soi. Sans cela, on passe notre vie à courir. On vit à cent à l’heure et on n’a même plus le temps d’apprécier le chemin. On n’a plus le temps pour apprendre à se connaître. On n’a plus le temps pour apprendre de nos erreurs. Quand notre vie est trop remplie, on n’a plus le temps pour rien puisqu’on ne fait que courir.

 

Pourtant, je pense qu’on devrait tous les jours avoir du temps pour l’oisiveté. C’est tellement bon de ne rien faire. Et c’est tellement important. À force de toujours « faire », on oublie « d’être ». Pourtant, c’est souvent dans les petits moments de silence qu’on a les plus belles prises de conscience sur la vie. Ne rien faire, c’est prendre du recul. Et rappelez-vous, c’est en prenant du recul que l’on peut penser plus grand 🙂

Dans ce cas, savoir remettre au lendemain n’est pas de la fainéantise. Savoir remettre au lendemain c’est faire preuve de sagesse (quand on le fait avec modération bien sûr).

 

Bref, n’oublions pas ce mot :     Équilibre.

 

 

FAIRE PLUS AVEC MOINS :

 

Maintenant, je pense que si l’on manque parfois de temps, c’est aussi dû à la tendance commune de nous perdre dans le superflu. Nos résultats ne sont pas toujours corrélés avec la quantité d’effort que nous fournissons.

 

Connaissez-vous la loi de Pareto? En gros, cette loi dit :

Environ 20 % des efforts (des causes) apportent 80% des résultats(des effets).

 

Certains efforts et certaines actions contribuent plus que d’autres à l’atteinte d’un objectif. Une grosse partie de nos résultats découle toujours d’un mince segment d’effort. Pour illustrer cela, voici un petit schéma que j’apprécie beaucoup :

 

Tableau de Pareto

 

Alors pour être plus efficace et gagner du temps, on devrait toujours se concentrer sur le 20% d’effort qui va apporter 80% des résultats. C’est l’état d’esprit du « moins mais mieux ». C’est l’art d’aller à l’essentiel. C’est savoir éliminer le superflu pour se concentrer sur le peu qui fait la différence.

 

 

 

Les points clés à retenir :

 

Voilà, c’est déjà la fin de cet article.

En attendant, voici les différents points clés que nous avons abordés :

 

  1. Notre temps est limité. Et c’est parce que le temps est limité, qu’on ne peut pas tout faire.

 

  1. C’est pourquoi, savoir remettre au lendemain est essentiel, non seulement pour maintenir un équilibre dans notre vie, mais aussi pour prendre du recul vis-à-vis de nos projets.

  

  1. Nous avons une meilleure mémoire pour les tâches incomplètes que pour les tâches complètes. Lorsque nous terminons un projet, on le classe et on l’oublie. Mais quand il est toujours d’actualité, il reste actif dans notre esprit.

 

  1. En prolongeant une tâche, cela laisse le temps à notre esprit de vagabonder et d’envisager de nouvelles idées. En effet, les idées les plus originales ne sont pas toujours les premières à se présenter.

 

  1. En forçant les choses, notre créativité naturelle ne peut pas couler. Alors pour laisser libre cours au flux de notre créativité, il est nécessaire de savoir remettre les choses au lendemain.

 

  1. De même, prendre de petites pauses régulières durant notre journée nous permet aussi de prendre un peu de recul dans notre travail. Cela libère un peu notre cerveau qui a le temps d’envisager de nouvelles idées.

 

  1. En tant qu’êtres humains, nous sommes censés nous détendre et faire des choses pour nous libérer du quotidien. Le sommeil, la détente et le jeu sont intégrés dans notre ADN.

 

  1. On devrait tous les jours avoir du temps pour l’oisiveté. C’est tellement bon de rien faire. Et c’est tellement important. C’est souvent dans les petits moments de silence qu’on a les plus belles prises de conscience sur la vie.

 

  1. Nos résultats ne sont pas toujours corrélés avec la quantité d’effort que l’on fournit. Pour être plus efficace et gagner du temps, on devrait toujours se concentrer sur le 20% d’effort qui va apporter 80% des résultats.

 

 

 

Et maintenant ?

 

C’est la fin de cet article. J’espère qu’il vous aura inspiré et qu’il vous donnera le courage de remettre un peu plus au lendemain. Personnellement, je pense que c’est un art qui se développe. Il faut le faire de façon choisie et modérée.

 

En tout cas, si la lecture de cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager autour de vous. Pensez à faire un tout petit geste. Une toute petite action qui vous prendra juste quelques secondes (un partage, un j’aime, etc.). Mais aussi simple que soit cette petite action, elle pourra faire une grande différence pour le succès de mon blog.

 

D’ailleurs, je suis curieux d’avoir votre retour. Laisser moi un petit commentaire en dessous pour me dire ce que vous avait pensé de cet article 🙂

 

Passez une belle journée.

Nils

 

 

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
    40
    Partages
  • 40
  •  
  •  

2 réflexions sur « L’art de remettre au lendemain »

  1. Bonjour Nadège,

    Merci pour ton commentaire. Ça fait du bien d’avoir un retour constructif comme le tien. Je vois que ça t’a beaucoup remué ^^ C’est normal. Je te laisse imaginer la tête qu’on fait mes proches lorsqu’ils ont vu le titre de mon article.

    En tout cas, ton retour m’a fait réfléchir. Je pense qu’on aborde le sujet sous un angle différent. En fait, on ne s’adresse pas aux mêmes personnes.

    Toi, tu t’adresses aux personnes qui manquent clairement de motivation et de volonté pour passer à l’action. Pour ces gens-là, la procrastination est un problème ! Ça, c’est sûr.

    Dans mon article, je m’adresse aux personnes qui manquent d’équilibre et de temps libre. Je m’adresse aux personnes surmenées. Pour tous ces gens-là, apprendre à procrastiner est une bonne chose.

    En gros, la procrastination, ça peut être bon ou mauvais. Ça dépend juste de qui le fait. Comme tu le partages dans ton article, la définition du mot « procrastination » c’est juste la tendance de remettre au lendemain. Alors l’idéal reste de devenir un grand maitre de l’organisation et de savoir identifier quand procrastiner et quand ne pas procrastiner.

    En tout cas, je suis allé lire ton article qui est très bien au passage. Je t’ai laissé un commentaire d’ailleurs. Merci encore pour le tien. Il m’a justement inspiré pour l’écriture d’un prochain article que j’appellerais : « La procrastination – Bon ou Mauvais ? ».

    À bientôt 🙂

    Nils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *