LA CELLULE 4 / 5 – ÉPIGÉNÉTIQUE ET MÉCANISMES DE LA CELLULE

LA CELLULE 4 / 5 – ÉPIGÉNÉTIQUE ET MÉCANISMES DE LA CELLULE

INTRODUCTION

Dans les articles précédents, nous avons tout d’abord vu que nous sommes composés de trillions de cellules, elles forment ensemble une communauté où chaque cellule a un rôle bien établi. L’harmonie de la communauté détermine l’harmonie de tout notre corps.

On sait maintenant que l’objectif est de comprendre le fonctionnement général de nos cellules et leurs principaux besoins afin de leur offrir la possibilité de s’exprimer au mieux de leur capacité.

Si nos cellules fonctionnent de manière optimale, c’est tout notre corps qui vibre de santé.

Nous allons maintenant découvrir ensemble l’épigénétique, nous verrons que cette nouvelle science a eu l’effet d’un raz-de-marée concernant nos connaissances en biologie.

ÉPIGÉNÉTIQUE

Il a été admis pendant longtemps que le noyau de nos cellules est le centre de contrôle (son cerveau) qui gouverne le comportement de la cellule. Cette vision traditionnelle de la génétique est assez fataliste, nous héritons de nos parents d’un code génétique unique et pour le meilleur comme pour le pire cet ADN est inaltérable. Certaines maladies se transmettent de génération en génération comme un feu de brousse, et sont inévitables. Nous étions placés en tant que victimes de nos gènes.

Mais aujourd’hui, la découverte de l’épigénétique change littéralement notre conception actuelle de la génétique. Bien sûr, génétique et épigénétique ne sont pas en « compétition », ces deux sciences se complètent parfaitement pour former une seule entité. Comme les deux pièces d’un puzzle.

Nous avons maintenant :

LE GÉNOME : c’est notre patrimoine génétique que l’on hérite de nos parents lors de notre conception. Il se trouve dans l’ADN et est le même dans toutes les cellules de l’organisme.

L’ÉPIGÉNOME : celui-ci représente la structure que revêt la chromatine (certaines portions plus ou moins actives, désactiver) et qui va donc refléter l’organisation de la cellule et sa différenciation. L’épigénome est différent selon les cellules et il s’ajuste continuellement en fonction de son environnement.

En effet, la définition de l’épigénétique est :

« La modulation de l’expression de nos gènes en fonction de l’environnement »

Par exemple : lors de notre conception, nos premières cellules vont recevoir des signaux plus ou moins différents et cela va ainsi permettre à chacune d’elles de s’engager dans des destinées cellulaires différentes. Ainsi, en fonction des signaux qu’elles reçoivent elles produiront chacune des tissus tout à fait différents (tissus nerveux, tissus musculaires, etc) pour au bout du compte former notre organisme. Une fois que la cellule a trouvé son identité (ou différenciation), la structure de sa chromatine est maintenue par des marques épigénétiques. 

Maintenant, si nous prélevons une cellule souche musculaire pour la placer dans un environnement de cellules osseuses, elle se développera en cellule osseuse. Pourquoi ?

L’environnement détermine l’organisation de la cellule.

Les marques épigénétiques sont différents types de composants moléculaires qui viennent changer la configuration 3D de l’ADN en se fixant le long d’un gène pour l’activer ou le rendre silencieux (acétylation, méthylation, etc).

Ces composants moléculaires sont en majorité de nature protéique. Rappelez-vous ce qui a été dit concernant les protéines : elles changent de structure en fonction des signaux qu’elles reçoivent, donc un gène sera activé ou désactivé en fonction de la forme que revêt la protéine (qui dépend de son environnement).

Pour qu’un gène conduise à la synthèse d’une protéine, il doit être lisible, c’est-à-dire accessible à différents complexes protéiques qui interviennent dans ce processus.

Pour faire simple :

 

  • Si l’accès au gène est restreint, éteint, inactif : il n’y a pas d’expression du gène.
  • Si son accès est ouvert, actif, allumé : il y a expression du gène.
  • Évidemment, l’expression génétique n’est pas un processus où les gènes sont soit activés, soit inactifs, par exemple des gènes peuvent être très actifs, surexprimés (avec une synthèse importante) ou encore partiellement réprimés (avec synthèse très faible).

Bien sûr, ces marques ne sont pas fixes ! La vie est un mouvement fluide, et nous sommes à tout instant en train de nous recomposer et nous refaçonner.

Si nous comparons l’ADN à la bande magnétique d’une cassette et que chaque gène correspond à une piste enregistrée sur la bande, les modifications épigénétiques seraient des morceaux de rubans adhésifs repositionnables qui vont masquer ou démasquer certaines pistes, les rendant illisibles ou lisibles.

Et il n’y a pas de hasard, la lecture des gènes est sélective. Nos comportements, notre état de santé, la force de nos os, tout cela est déterminé par notre réalité biologique et épigénétique. Réalité biologique qui est à son tour façonnée par l‘environnement.

Par exemple : les abeilles naissent toutes avec le même patrimoine génétique, pourtant si une larve est nourrie exclusivement avec de la gelée royale, elle deviendra une reine (plus grosse, pond énormément d’œufs et a une durée de vie beaucoup plus longue que les abeilles ouvrières).

Il est aussi important de souligner que ces marques épigénétiques sont héréditaires. C’est-à-dire qu’en adoptant une hygiène de vie saine, cela aura un très grand impact sur la constitution de nos enfants. D’ailleurs, avec les modes de vie de plus en plus dénaturés, cela pourrait en grande partie expliquer les maladies congénitales et les malformations qui se produisent de plus en plus.

Bref ! Cela veut dire que nous sommes les propres créateurs de nos vies. Nous avons la responsabilité de notre santé. En d’autres mots : Nous sommes les principaux artisans de notre santé. C’est fantastique.

MÉCANISMES DE LA CELLULE

Si vous voulez en découvrir plus concernant les mécanismes de la cellule en rapport avec son environnement, je vous invite à lire mon article sur la Biologie des croyances qui est une chronique des travaux du biologiste Bruce Lipton. Un pionnier de l’épigénétique qui a su démontrer que nos pensées et nos croyances ont un véritable impact sur notre biologie et donc notre santé.

CONCLUSION

L’épigénétique, merveilleuse découverte des dernières années prouve ce que les sages disent depuis des milliers d’années : une hygiène de vie saine est bien la clé maitresse d’une bonne santé.

Rappelez-vous la célèbre citation d’Hippocrate : « Que ton aliment soit ton médicament »

L’expression de nos gènes et donc le comportement de nos cellules s’ajuste continuellement en réponse à son environnement. Et donc nos processus physiologiques entiers et notre santé sont déterminés par l’environnement de nos cellules.

Ainsi, pour que nos cellules fonctionnent de manière optimale, son environnement doit être équilibré et sain.

C’est bien tout ça ! Mais de quoi se compose l’environnement de nos cellules ? C’est l’objet du prochain article : La cellule 5/5 : Environnement de la cellule.

En attendant, n’oubliez pas que nous sommes les principaux artisans de notre santé, alors à vous de jouer !

Le corps est un temple et libre à vous d’améliorer votre hygiène de vie pour ainsi faire bénéficier à toutes vos cellules d’un environnement le plus sain. On se trouve tout de suite dans la suite de l’article. 😉

Je vous invite également à laisser un commentaire pour me donner votre feedback et si l’article vous a plu, vous pouvez aussi cliquer sur j’aime et le partager.

LA SUITE

La cellule 5/5 : Environnement de la cellule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *