Comment ARRÊTER de PENSER ?

 

Est-ce qu’il vous arrive de vous poser la question : comment puis-je arrêter de penser ? Si c’est le cas, j’ai une bonne nouvelle : vous n’êtes pas le (la) seul(e) !

En effet, nous sommes nombreux à être souvent envahis de pensées. Parfois, nous sommes même complètement submergés par tout ce bruit mental. Et souvent, toute cette agitation cérébrale nous épuise, nous alourdit, et nous donne même, quelquefois, mal à la tête.

Mais ça tombe bien car, si vous voulez arrêter de penser, je vais vous expliquer et partager ici comment faire. En vérité, pour arrêter de penser, votre cœur doit d’abord s’arrêter, vos poumons doivent cesser de fonctionner, et tout votre corps doit s’éteindre. C’est le seul moyen.

 

Découvrez l’origine de la pensée compulsive, ainsi que mes astuces pour s’en défaire et développer plus d’espace vis-à-vis de vos pensées.

 

En fait, tant qu’on est en vie, il est impossible d’arrêter de penser. En effet, les pensées peuvent être comparées à des nuages. Elles ne font que passer. Mais est-il possible d’arrêter les nuages ?

Bien sûr que non ! Les nuages font partie du cycle naturel de la vie. Et il en est de même pour nos pensées. Elles font partie du mécanisme humain. Tant que nous avons un corps, et que celui-ci est en vie, nous avons des pensées.

Et justement, à travers cette vidéo, vous allez découvrir l’origine de la pensée compulsive, ainsi que mes astuces pour s’en défaire et développer plus d’espace vis-à-vis de vos pensées.

Maintenant, voici un petit résumé de ce vous avez vu dans la vidéo.

 

 

 

Tout est mélangé

 

Le mental est un instrument génial. C’est pourquoi, si vous pensez trop, le souci ne vient pas de vos pensées, il vient plutôt du rapport que vous entretenez avec vos pensées.

En fait, si vous êtes trop souvent dérangé par vos pensées, c’est que vous avez une trop forte identification avec votre mental.

C’est juste un problème d’identification.

Pourtant, le mental n’est rien d’autre qu’un instrument. Vous savez, en dessous des nuages, il y a le ciel, un espace stable et parfait. De même, en dessous des pensées, il y a la conscience (ou l’Être), qui est aussi un espace stable et parfait.

Et nous sommes cette conscience. C’est depuis ce point d’observation que nous pouvons observer objectivement les pensées qui traversent notre esprit.

Mais trop souvent, nous ne faisons plus la distinction entre l’Être et le mental, entre notre véritable nature et l’histoire que l’on se raconte.

 

Comme sur ce schéma :

Tout est confondu. Tout est mélangé. Nous croyons être le mental, ainsi que son contenu. Nous avons mis notre centre, en plein dans le mental.

 

Tout est confondu. Tout est mélangé. Nous croyons être le mental, ainsi que son contenu. Nous avons mis notre centre, en plein dans le mental.

Alors naturellement, dès qu’une pensée négative nous traverse, nous sommes perturbés. Dès qu’une pensée positive nous traverse, nous sommes heureux. Et quand le mental est agité, cela nous épuise.

C’est pourquoi, la question à se poser n’est pas : comment puis-je arrêter de penser, mais plutôt : comment trouver plus d’espace vis-à-vis de mes pensées ?

 

 

 

Tout est une question de distance

 

En fait, l’idéal serait de trouver de l’espace vis-à-vis de ses pensées. C’est-à-dire que, plus il y a de distance vis-à-vis de nos pensées, et moins elles nous dérangent.

Alors même si le mental est parfois envahi de pensées négatives, avec suffisamment de distance, elles ne nous touchent même plus.

Comme sur ce schéma :

 

Plus il y a de distance vis-à-vis de nos pensées, et moins elles nous dérangent. Alors même si le mental est parfois envahi de pensées négatives, avec suffisamment de distance, elles ne nous touchent même plus.

 

Comment trouver cet espace ?

En fait, cette distance, c’est notre désidentification. Moins nous sommes identifiés au mental, et plus il y a d’espace vis-à-vis des pensées. Nous les voyons, elles sont là, mais elles ne nous dérangent plus.

Et pour arriver à cette désidentification, c’est simple, nous devons retrouver notre véritable centre, qui ne se trouve pas dans le mental, mais dans l’Être, dans la conscience.

 

 

 

Comment se recentrer dans l’Être ?

 

Pour cela, nous devons nous établir dans la conscience du moment présent. Plus nous pouvons faire UN avec le moment présent et plus il y a de l’espace qui se crée vis-à-vis des pensées.

Un bon moyen pour être dans le moment présent, c’est d’établir des racines profondes dans tout notre corps. En fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que la pensée compulsive est un problème d’attention.

Alors, plutôt que d’avoir notre attention qui est constamment absorbée et tirée vers le flux de nos pensées, nous devrions réapprendre à la répartir dans tout notre corps. Plus notre attention est dans le corps, et moins elle sera dispersée dans les pensées.

Donc voilà, c’est aussi simple que ça. Pour se recentrer dans l’Être, nous devons faire UN avec le moment présent et établir des racines profondes dans tout notre corps.

Bien sûr, c’est facile à comprendre, mais en pratique, c’est beaucoup plus difficile. En fait, cette habitude de la pensée compulsive est ancrée en nous.

Alors bien sûr, se libérer de cette ancienne habitude ne peut pas se faire du jour au lendemain. C’est pour cela que j’aime parler de rééducation spirituelle. C’est tout un réapprentissage ☺

 

 

 

Une aventure intérieure

 

Voilà, j’espère sincèrement que cet article pourra vous aider à trouver plus de calme et de tranquillité intérieure. Personnellement, cela fait plusieurs années que je me suis engagé dans cette aventure de « rééducation spirituelle ».

Et sur Pensées Naturelles, je partage avec vous des articles et des vidéos sur le sujet. Alors si vous voulez progresser avec moi, et découvrir comment trouver plus de tranquillité et de maîtrise intérieure, je vous invite à me suivre et aussi à télécharger le guide gratuit qui est disponible juste un peu plus bas.

Et si cet article vous a plu, voici deux petits gestes que vous pouvez faire et qui peuvent faire la différence pour le succès de mon blog :

Laissez-moi un commentaire : je suis toujours curieux d’avoir un retour et je me ferai un plaisir de vous lire et de répondre. 

Partagez ou cliquez sur j’aime : cela améliorera la visibilité de mes articles sur Google et d’autres personnes pourront ainsi les découvrir. 

 

Bonne journée à vous.

Nils

 

 

 

  •  
  •   
  •   

2 réflexions sur « Comment ARRÊTER de PENSER ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *