Chronique du livre : La clé de la maîtrise

Chronique du livre : La clé de la maîtrise

la-cle-de-la-maitrise

Phrase résumée de « La clé de la maîtrise » : « Certains hommes semblent attirer le succès, le pouvoir, la richesse et l’accomplissement en faisant très peu d’efforts conscients. D’autres les conquièrent avec une grande difficulté. Et d’autres encore échouent tout simplement à atteindre leurs ambitions, leurs désirs et leurs idéaux. Pourquoi en est-il ainsi ? C’est tout l’objet de ce livre qui révélera les possibilités latentes existant chez l’individu et lui enseignera comment les appliquer avec force pour accroître sa capacité réelle et lui apporter énergie, discernement, vigueur et élasticité mentale accrue. L’étudiant qui acquiert une compréhension réelle des lois du mental ici révélées sera à même d’obtenir tout ce qu’il désire dans la vie ».

Par Charles F. Haanel, 269 pages.

Titre original : « The master key system », écrit en 1916

 

Introduction

La clé de la maitrise est un livre qui fut édité la première fois en 1919, son auteur Charles Francis Haanel, fut à l’époque un homme d’affaires américain éminent qui possédait de nombreuses compagnies majeures, il était également philosophe et fut un précurseur des mouvements de pensées « New thoughts ». C’est ainsi qu’il écrit de son vivant de nombreux livres partageant sa philosophie et ses techniques qui l’amenèrent au succès.

À l’origine, « la clé de la maitrise » était présenté sous la forme d’un cours en 24 parties qui était envoyé à ses étudiants sur une période de 24 semaines. Ses étudiants étaient tous des hommes d’affaires les plus éminents de l’époque.

La fable dit que tous les hommes d’affaires qui étudièrent son cours lui demandèrent de ne pas l’offrir au grand public. Mais Haanel choisit finalement de mettre son cours à la disposition de tout le monde et le publia sous la forme d’un livre.

Plusieurs des plus grands auteurs auraient été influencés par ce livre :

  • Napoleon Hill écrivit en 1919 à l’auteur pour le remercier. Dans sa lettre, Hill a déclaré, « ma réussite actuelle et le succès qui a suivi mon travail comme président de « The Napoleon Hill Institute » est principalement en raison des principes énoncés dans « La clé de la maîtrise ».
  • Haanel a été cité dans le livre best-seller de développement personnel « The Secret » de Rhonda Byrne (publié en 2007), dont les enseignements sont en majeure partie inspirés des écrits de l’auteur de la clé de la maîtrise.

En gros, le livre traite de la science de l’esprit et du pouvoir créateur de la pensée. Il enseigne les principes, les causes, les effets et les lois qui sous-tendent tout accomplissement et tout succès.

Aujourd’hui, le livre est toujours présenté sous la forme unique de 24 chapitres, il est d’ailleurs recommandé de ne pas lire le livre d’une traite, mais de plutôt l’étudier et le déguster afin de saisir chaque phrase et chaque mot qui ont tout un sens. Il faut l’étudier et le comprendre pour pouvoir l’appliquer efficacement et en ressentir les bénéfices dans notre vie.

Alors pour reprendre la phrase résumée du début de l’article : Certains hommes semblent attirer le succès, le pouvoir, la richesse et l’accomplissement en faisant très peu d’efforts conscients. D’autres les conquièrent avec une grande difficulté. Et d’autres encore échouent tout simplement à atteindre leurs ambitions, leurs désirs et leurs idéaux.

Pourquoi en est-il ainsi ?

La différence ne peut être physique, sinon les hommes les plus parfaits physiquement seraient les plus prospères. Donc, la différence doit être mentale. Elle doit résider dans l’esprit ! C’est l’esprit alors qui prévaut sur l’environnement, les circonstances et tous les autres obstacles présents sur le chemin.

En fait, d’après l’auteur, les lois régissant le monde mental et spirituel sont tout aussi fixes, inébranlables et infaillibles que celles du monde matériel. Tout comme la loi de la gravité, ou celle de l’électricité, elles sont omnipotentes, omniscientes et omniprésentes. Et concernant cette dernière, il n’y a en effet pas plus d’électricité dans le monde aujourd’hui qu’il y en avait il y a 50 ans, mais tant que personne n’en avait identifié la loi qui permettait son utilisation, nous n’en retirions aucun avantage. Maintenant que cette loi est comprise, c’est pratiquement le monde entier qui est éclairé. Il en va de même avec les lois régissant le monde mental et spirituel qui sont tout aussi fixes, inébranlables et infaillibles que celles du monde matériel. Ainsi, pour obtenir les résultats désirés, il est nécessaire de connaître la loi et de s’y conformer.

En cela, la méthode énoncée dans ce livre n’a rien de magique !

La loi de l’attraction n’est pas quelque chose d’extérieur à nous, elle fait partie intégrante de l’univers et c’est pourquoi nous récupérons implacablement tout ce que nous créons, elle fonctionne à tout instant. En d’autres termes : tu récoltes ce que tu sèmes ».

En fait, la clé de la maîtrise est un guide, un mode d’emploi, et une fois les mécanismes de l’esprit et de nos pensées compris, nous pouvons nous y conformer afin d’atteindre tout ce que nous désirons dans la vie.

Tout comme les forces les plus puissantes de la nature sont les forces invisibles (électricité, ouragans), nous constatons de même que la force la plus puissante chez l’homme est sa force invisible : sa force spirituelle. Et la seule manière par laquelle la force spirituelle peut se manifester, c’est par le processus de la pensée. En effet, l’acte de penser est la seule activité que l’esprit possède, et la pensée est le seul produit de l’acte de penser.

C’est pour cela que ce livre n’a rien de magique, sans volontés, vous n’irez nulle part, car c’est là que se trouve la différence fondamentale qu’il y a entre ceux qui croient en la loi de l’attraction et ceux qui n’y croient pas. Ce processus implique une forme de répétition, de vigilance, de détermination et d’action.

« il faut de la ténacité pour vaincre les obstacles et atteindre les buts fixés »

Alors ce livre enseigne une vérité simple, mais qui est tout de même profonde est intemporelle : la pensée crée. Vous pouvez choisir vos pensées; donc vous pouvez créer ce que vous choisissez de créer.

Toute personne sensée dans la vie ne veut pas seulement avancer telle une plante déambulante et sonore, mais elle veut se développer mentalement jusqu’à la fin de sa vie physique. Et ce développement ne peut se produire qu’en améliorant la qualité de notre pensée et de nos idéaux. Ainsi, nos actions et nos conditions extérieures surgiront en conséquence.

Dès lors, l’étude des processus créateurs de la pensée et de leur application est d’une importance suprême pour le développement de chacun de nous.

Maintenant, survolons ensemble les cinq premières parties du livre.

Pourquoi seulement les 5 premières parties ? Comme je l’ai dit plus haut, ce livre ne se lit pas comme un roman, il faut l’étudier et le comprendre pour pouvoir l’appliquer efficacement et en ressentir les bénéfices dans notre vie. Alors venez découvrir avec moi ses 5 premières parties et ensuite, reste à vous de décider de l’étudier ou non.

 

Première partie

Notre environnement et toutes nos expériences de vie résultent de notre attitude mentale habituelle ou prédominante. Et cette attitude de l’esprit dépend nécessairement de ce que nous pensons ! Par conséquent, le secret de tout pouvoir, de tout accomplissement et de toute possession dépend de notre mode de pensée.

En effet, comme le dit très bien Charles Haanel, avant de pouvoir « faire », nous devons « être », et nous ne pouvons « faire » que dans la mesure où nous « sommes », et ce que nous « sommes » dépend de ce que nous « pensons ».

Nous avons en nous un monde intérieur (l’image de soi, nos sentiments, nos idéaux, etc.) et bien qu’il soit invisible, ses forces sont puissantes. Ce monde intérieur est régi par l’esprit, et est soumis à notre contrôle par l’intermédiaire de nos pensées.

La vie est un déploiement, pas une accumulation. Et tout notre monde extérieur ainsi que les expériences que l’on rencontre ne sont que le reflet de notre monde intérieur et ce qui apparaît à l’extérieur correspond à ce que nous possédons déjà à l’intérieur. 

Par exemple, si toutes nos pensées sont orientées vers l’harmonie, c’est l’harmonie tout entière qui se déploiera dans notre monde extérieur par des conditions harmonieuses, un environnement agréable, et le meilleur en tout.

Selon Haanel, l’harmonie est une qualité indispensable à toute grandeur, à tout pouvoir, à toute réalisation, à tout accomplissement et à tout succès. En effet, l’harmonie de notre monde intérieur va nous permettre de contrôler nos pensées et de déterminer comment chaque expérience va nous influencer.

Découvrons maintenant l’anatomie de l’esprit selon Charles Haanel.

Notre esprit est divisé en l’esprit objectif (le conscient) et l’esprit subjectif (l’inconscient) :

L’esprit objectif : c‘est par lui que nous sommes liés au monde extérieur.

  • L’esprit objectif est le siège de la pensée, mais aussi de la volonté, de la raison et de la détermination. Il est sous notre contrôle, car nous avons tous la possibilité de choisir nos pensées.
  • Sur le plan physique, il nous permet d’effectuer des mouvements selon notre volonté (lever les bras, marcher, courir, déplacer nos yeux, …)

L’esprit subjectif : c‘est par lui que nous sommes liés au monde intérieur.

  • Du côté mental, c’est le siège de nos habitudes, de nos conditionnements et de nos émotions. Il préside dans les sensations subjectives telles que la joie, la peur, l’amour. Il est aussi l’entrepôt de la mémoire.
  • Du côté spirituel, c’est la source des idéaux, de l’aspiration, de l’imagination et le canal par lequel nous reconnaissons notre source divine, il nous relie à l’esprit universel et qui nous met en relation avec les forces constructives infinies de l’univers.
  • Sur le côté physique, c’est lui qui dirige tous les processus réguliers et vitaux (battements de notre cœur, respirations, digestions et autres processus physiologiques), la conservation de la vie et la restauration de la santé (réparation, construction, cicatrisation, etc.).

Bien ! Mais ou est-ce qu’on va avec cela ? En fait, c’est la coordination entre ces deux centres de notre être (conscient et inconscient) et la compréhension de leurs fonctions qui constitue le grand secret de la vie. Cette connaissance nous permet de faire coopérer consciemment les esprits objectifs et subjectifs et d’obtenir tout ce que nous désirons. Nous y reviendrons dans la deuxième partie.

Petite parenthèse concernant ce fameux « Esprit universel » :  Aujourd’hui, vous l’avez sans doute déjà entendu, les scientifiques admettent que tout ce qui nous entoure est formé d’une énergie fondamentale. Même la matière n’est que de l’énergie en mouvement. Il n’y a qu’un principe, ou Conscience, qui infiltre l’Univers tout entier, occupe tout l’espace et est identique par nature en chaque point de sa présence. Il est tout puissant (omnipotent), toute sagesse (omniscient) et toujours présent (omniprésent). Toutes pensées et toutes choses sont en lui. Il est tout en tout. Et comme cette conscience est omniprésente, elle est présente dans chaque individu. Alors chaque individu est une manifestation de cette conscience omnipotente, omnisciente et omniprésente. Certains l’appellent « Le Tout », d’autres l’appellent « Dieu », Charles Haanel a quant à lui choisi de l’appeler « L’esprit universel ». Et selon Charles Haanel, c’est par l’intermédiaire de notre inconscient que nous sommes reliés à notre source divine.

La capacité qu’a l’individu de penser est une capacité d’agir sur l’universel et de l’amener à se manifester. La conscience humaine consiste seulement en une capacité de penser. L’esprit en soi est considéré comme une forme subtile d’énergie statique, dont résulte l’activité dénommée « pensée », qui est la phase dynamique de l’esprit. L’esprit est énergie statique, la pensée est énergie dynamique et ce sont les deux phases d’une seule et même chose. La pensée est donc une force vibratoire constituée par la conversion de l’esprit statique en esprit dynamique.

Il n’y a qu’un principe qui infiltre l’univers tout entier. Tout est dans tout. Alors dans ce cas, la somme de tous les attributs est contenue dans l’esprit universel et ils doivent tous être présents à tout moment sous leur forme potentielle dans tout individu. Par conséquent, quand l’individu pense, la pensée est obligée par nature de s’incarner dans une forme objective ou dans une condition qui correspond à son origine.

« Et chaque pensée est dès lors une cause et chaque condition, un effet »

C’est pourquoi il est absolument essentiel que vous contrôliez vos pensées de manière à ne produire (ou récolter) que les conditions désirées.

Vous voyez immédiatement que c’est une idée radicalement nouvelle et différente, qui peut susciter la joie suprême ou l’opposition. La plupart des hommes essayent de changer les effets. Ils ne voient pas qu’ils ne font que remplacer une forme de détresse pour une autre. Pour supprimer toute discorde, nous devons en supprimer la cause, et cette cause ne peut se trouver que dans le monde intérieur.

Le monde intérieur est la fontaine d’approvisionnement universelle, et le monde extérieur est l’embouchure du ruisseau. Ce qu’il veut dire par là c’est que notre monde intérieur est une mer insondable de substance mentale malléable. Et cette substance prend forme selon la demande mentale. La pensée forme le moule ou la matrice par laquelle cette substance s’exprime.

Dès lors, tout ce que nous sommes, toutes nos expériences, toutes nos conditions de vie ne sont que le reflet de notre monde intérieur. Et l’ensemble de notre monde intérieur dépend de notre mode de pensée.

 

Deuxième partie

Dans la première partie, nous avons vu que notre esprit est divisé en l’esprit objectif (le conscient) et l’esprit subjectif (l’inconscient).

Rappelez-vous, l’inconscient est le siège de nos habitudes, de nos émotions, de la mémoire, de nos conditionnements, des idéaux, de l’aspiration, de l’imagination, mais c’est aussi lui qui dirige tous les processus réguliers et vitaux (battements de notre cœur, respirations, digestions et autres processus physiologiques), la conservation de la vie et la restauration de la santé (réparation, construction, cicatrisation, etc.).

Et ses processus logiques inconscients sont menés avec une certitude et une régularité telles que toute possibilité d’erreur serait impossible. Notre esprit est ainsi conçu qu’il nous prépare les bases les plus solides de la connaissance, sans que nous ayons la moindre idée de son mode de fonctionnement.

Notre inconscient fonctionne et agit à notre avantage, en ne déposant en notre sein que le fruit mûr. Ainsi, l’analyse ultime des processus de la pensée nous montre que l’inconscient est le théâtre des plus importants phénomènes mentaux.

La facilité et la perfection reposent entièrement sur le degré auquel nous cessons de dépendre de notre conscient. Par exemple, lorsqu’on apprend à conduire une voiture, nous sommes au début attentif au moindre détail, le placement des mains sur le volant, le placement de nos pieds sur les pédales, nous devons à la fois veiller à utiliser la pédale d’accélérateur, l’embrayage, les changements de vitesse et tout cela en regardant la route et en jetant un coup d’œil de temps en temps à travers le rétroviseur. La grande galère ! Mais à force de pratique, conduire devient une véritable habitude et c’est là que l’on entre dans le domaine de l’inconscient.

Ainsi, la parfaite exécution d’activité telles que jouer du piano, patiner, taper à la machine et entreprendre avec habilité, dépend du processus de l’inconscient. Le prodige de celui qui conduit une voiture tout en menant une conversation vigoureuse alors qu’il y à quelque temps il apprenait encore à conduire nous montre la grandeur de nos pouvoirs inconscients.

Nous sommes tous conscients de notre dépendance de l’inconscient et ces capacités dépassent notre compétence. Nous pouvons marcher à notre guise. Nous pouvons soulever le bras quand bon nous semble. Nous pouvons porter notre attention sur n’importe quoi en utilisant notre vision et notre ouïe. Toutefois, nous ne pouvons arrêter les battements de notre cœur, ni notre circulation sanguine, ni notre croissance, ni la formation de nos tissus nerveux et musculaires, ni la construction de nos os, ni bien d’autres de ces importants processus vitaux (qui sont tous dirigés avec régularité par notre subconscient).

Si nous comparons ces deux ensembles d’action, celle décrétée par la volonté du moment (le conscient), et l’autre qui suit un cours majestueux et rythmique, soumise à aucune indécision, mais constante (l’inconscient), nous ressentons le plus grand respect pour cette dernière et demandons à en percer le mystère.

Nous voyons immédiatement que ce sont là des processus vitaux de notre vie physique et nous ne pouvons éviter d’en conclure que ces fonctions capitales sont soustraites à dessein du domaine de notre volonté extérieure avec ses variations et ses transitions, et placées sous la direction d’un pouvoir permanent et fiable. Imaginez un instant si les battements de notre cœur seraient régulés par notre volonté ?!

Il est donc important de comprendre les deux rôles respectifs de notre esprit objectif et subjectif :

L’Esprit objectif : il traite les impressions et les objets de la vie extérieure. Il a la faculté de discrimination, qui implique la responsabilité du choix et du raisonnement. C’est le siège de la volonté, avec toutes les énergies qui en découlent. Et le plus important à retenir est qu’il à la faculté de diriger l’inconscient. En ce sens, le conscient est souverain et joue le rôle de gardien responsable de l’inconscient. C’est cette haute fonction qui est à même de renverser complètement les conditions de notre vie. Pourquoi ?

Il est souvent avéré que les états de peur, de souci, de pauvreté, de maladie, de disharmonie et de maux de toutes sortes nous dominent en raison des fausses suggestions que l’inconscient « sans surveillance » accepte. Tout ceci peut être entièrement évité par l’action protectrice et vigilante du conscient exercé. On peut ainsi correctement l’appeler « le gardien de la porte » du royaume de l’inconscient.

L’Esprit subjectif : il ne s’engage pas dans le processus de démonstration. Il se repose sur le conscient, le « gardien de la porte ». Admettant toute suggestion comme vraie, l’inconscient se met immédiatement à agir sur celles-ci dans la totalité de son champ de travail étendu. Le conscient peut alors suggérer la vérité ou l’erreur. Dans ce dernier cas, c’est au péril de l’être tout entier.

C’est pour cela que le conscient doit être vigilant à tout moment aux heures d’éveil. Lorsque le « gardien » manque de vigilance ou qu’il suspend son calme jugement en raison d’une multitude de circonstances, l’inconscient demeure alors sans surveillance et est vulnérable aux suggestions provenant de toutes les sources possibles.

L’inconscient ne dort jamais, ne se repose jamais, pas plus que votre sang, votre cœur ou vos poumons. Il a été constaté qu’en énonçant simplement à l’inconscient certaines choses spécifiques à accomplir, il met en mouvement des forces qui mènent au résultat désiré. À tout instant, notre inconscient répond à la demande, et ceux qui ont appris à lui faire confiance constatent qu’ils disposent d’infinies ressources à leurs services.

L’inconscient ne peut contester. Par conséquent, s’il a accepté de fausses suggestions, la méthode la plus sûre pour les surmonter consiste à utiliser une forte contre-suggestion, fréquemment répétée, que l’esprit doit accepter et à former de ce fait de nouvelles et saines habitudes de pensée et de vie, parce que l’inconscient est le siège de l’habitude. Ce que nous faisons encore et encore devient mécanique.

Tout cela est intéressant, mais il est fort de constater qu’il y a une grande différence entre simplement penser et consciemment diriger notre pensée systématiquement et de manière constructive. C’est seulement de cette manière que l’on peut obtenir ce que nous demandons. On l’a vue, la pensée est énergie. La pensée concentrée est énergie concentrée. La pensée concentrée sur un but défini se transforme en pouvoir. 

Alors, c’est seulement en dirigeant consciemment et de manière concentrée notre pensée sur un but défini que celui-ci finit par se manifester dans notre vie.

 

Troisième partie

Dans la deuxième partie, nous avons découvert que la pensée est une cause et les expériences que l’on rencontre dans la vie sont l’effet.

Dès lors, éliminons toute tendance à nous plaindre des situations passées ou présentes, car il ne dépend que de nous pour les modifier et les transformer en ce que l’on veut qu’elles soient.

Pour cela, il faut diriger nos efforts sur l’accomplissement de nos ressources mentales, qui sont toujours sous notre contrôle et dont provient tout pouvoir véritable et durable. On l’a vue, au début il faut faire preuve de beaucoup de volonté pour diriger consciemment nos pensées vers notre but, mais à force, cela devient automatique et cette pensée concentrée passe dans le royaume de l’inconscient.

Il est nécessaire qu’elles deviennent automatiques ou inconscientes pour que l’esprit conscient puisse s’atteler à atteindre de nouveaux objectifs. À leurs tours, nos nouvelles actions deviendront automatiques, puis inconscientes pour que l’esprit puisse à nouveau se libérer de ce détail et se tourner vers d’autres activités.

Anatomie de l’esprit :

L’Esprit objectif : notre conscient a son centre dans le système cérébrospinal (cerveau et moelle épinière) en particulier dans le cerveau, en effet, c’est par lui que l’on reçoit la perception consciente des différents sens physiques et exerçons un contrôle sur les mouvements du corps. Toutes nos pensées sont reçues par le cerveau, elles y sont soumises à notre pouvoir de raisonnement. Et comme nous l’avons vue, lorsque la véracité de cette pensée satisfait l’esprit objectif, notre esprit subjectif la reçoit pour l’incarner en nous et naître dans le monde en tant que réalité (rappelez-vous : l’inconscient ne peut argumenter, il agit seulement. Il accepte les conclusions de l’esprit objectif qu’il considère finales).

L’Esprit subjectif : notre inconscient a son centre dans la masse ganglionnaire située à l’arrière de l’estomac et portant le nom de plexus cœliaque (aussi appelé plexus solaire). Il est le canal de l’action mentale qui soutient inconsciemment les fonctions vitales du corps. Ce centre constitue le point central de distribution de l’énergie que le corps engendre constamment. Cette énergie est une énergie réelle. Et ce soleil un véritable soleil. Et l’énergie est distribuée par de vrais nerfs partout dans le corps avant d’être rejetée dans l’atmosphère qui enveloppe le corps.

La liaison entre les deux systèmes est établie par le nerf vague qui, incorporé au système volontaire, sort de la région cérébrale en direction du thorax (de , il étend ses ramifications au cœur et aux poumons) pour finalement passer par le diaphragme et venir s’assimiler aux nerfs du plexus solaire, formant une connexion entre le conscient et l’inconscient et faisant de l’homme une « seule entité » physique.

Quand le plexus solaire fonctionne activement et rayonne la vie, l’énergie et la vitalité vers chaque partie du corps et vers chaque personne qu’il rencontre, les sensations sont plaisantes et le corps est empli de santé. (Les personnes que l’on dit magnétiques sont en fait des personnes chez qui ce rayonnement est si fort qu’il amènera souvent du réconfort aux esprits préoccupés par sa simple présence).

Mais s’il y a interruption de ce rayonnement, les sensations sont désagréables. Le flux de vie et d’énergies vers certaines parties du corps est ralenti, voire même arrêté. C’est la cause de toutes les souffrances humaines, qu’elles soient physiques (plus d’énergie suffisante pour vivifier chaque partie du corps), mentales (parce que le conscient dépend de l’inconscient  pour obtenir la vitalité nécessaire au maintien de sa pensée) ou environnementales (parce que la liaison entre l’inconscient et l’Esprit universel est interrompue).

On l’a vue, ces deux centres sont interreliés : « le conscient est la volonté douée de raison. L’inconscient est le désir instinctif, le résultat de la volonté douée de raison passée ». Dès lors, la pensée consciente maîtrise ce centre du soleil duquel ils s’écoulent la vie et l’énergie du corps tout entier :

  • Et la qualité de la pensée que notre esprit conscient entretient déterminera la qualité de la pensée que ce soleil rayonnera.
  • Et le caractère de la pensée que notre esprit conscient entretient déterminera le caractère de la pensée que ce soleil rayonnera.
  • Et la nature de la pensée que notre esprit conscient entretient déterminera la nature de la pensée que ce soleil rayonnera et, par conséquent, déterminera la nature de l’expérience qui en résultera.

Il est évident que tout ce que nous devons faire, c’est laisser notre lumière briller. Mais comment ?

Ce qui contracte le plexus solaire : les pensées résistantes et les pensées désagréables le contractent, mais l’ennemi malicieux du plexus solaire est la peur. Elle est le nuage qui cache le soleil et qui cause une mélancolie perpétuelle. Elle doit être complètement éliminée. C’est ce diable personnel qui nous incite à craindre le passé, le présent, le futur et à nous craindre nous-mêmes, à craindre nos amis et nos ennemis, à craindre tout et tout le monde. Une fois la peur effacée, votre lumière brillera et vous aurez trouvé la source du pouvoir, de l’énergie et de la vie.

Ce qui développe le plexus solaire : à l’inverse, la pensée non résistante le développe, la pensée agréable le dilate. Toutes les pensées de courage, de pouvoir (bien sûr, on parle ici de la reconnaissance de notre pouvoir intérieur), de confiance et d’espoir produisent un état correspondant.

C’est notre attitude vis-à-vis de la vie qui détermine les expériences que nous rencontrons. Si nous n’espérons rien, nous n’aurons rien. Si nous demandons beaucoup, nous recevrons une meilleure part. Alors celui qui prend conscience de cela sera trop occupé à rayonner de courage, de confiance et de pouvoir. Il anticipera le succès par son attitude mentale. Il pulvérisera les barrières et bondira au-dessus de l’abîme du doute et de l’hésitation que la peur place sur son chemin.

Bien sûr, toutes ces connaissances ne peuvent être gagnées qu’en appliquant pratiquement ces informations. Nous apprenons en agissant. C’est par la pratique que la puissance de l’athlète augmente.

Il faut donc apprendre à laisser briller notre lumière, ou en d’autres mots, l’on doit laisser une empreinte sur notre inconscient. Pour cela, on a déjà appris que notre inconscient est créateur et qu’il est sensible à la volonté du conscient. 

Quelle est dès lors la manière la plus naturelle de laisser l’impression désirée sur notre inconscient ? Se concentrer mentalement sur l’objet de votre désir.

Et la manifestation de notre désir ne peut s’accomplir que par l’appropriation. Une fois notre pensée dirigée vers un but défini, il faut s’y identifier (faire comme si c’était déjà arrivé) pour mettre en mouvement les causes et ainsi donner l’opportunité à notre inconscient de provoquer les résultats conformes à notre désir.

 

Quatrième partie

La pensée est énergie et l’énergie est pouvoir. Depuis longtemps les religions, les sciences et les philosophies se sont basées sur la manifestation de cette énergie plutôt que sur l’énergie elle-même, alors nous avons toujours été limités aux effets.

C’est ainsi que nous avons Dieu et le diable en religion, le positif et le négatif en science, et le bien et le mal en philosophie. Mais ils ne sont que des mots utilisés pour décrire un certain résultat.

  • Si quelque chose nous procure un sentiment positif,  nous l’appelons : « bien »
  • Si quelque chose nous procure un sentiment négatif, nous l’appelons « mal »

Mais ceci ne décrit que la qualité d’un résultat. C’est juste la lentille à travers laquelle on regarde qui nous faire dire que c’est bien ou mal. Ce qui est « Bien » pour une personne, pourra être considéré « mal » par une autre.

La clé de la maitrise inverse le processus et ne s’intéresse seulement aux causes.

La vie est expression et c’est à nous de nous exprimer harmonieusement et de manière constructive. La douleur, la misère, la maladie et la pauvreté ne sont pas des nécessités et leur élimination consiste à s’élever au-dessus et au-delà de toute limitation. Celui qui renforce et purifie sa pensée n’a pas besoin de se préoccuper des microbes, et celui qui a compris la loi de l’Abondance ira immédiatement vers la source d’approvisionnement (notre monde intérieur).

C’est ainsi que le sort, la fortune et le destin seront contrôlés aussi aisément qu’un capitaine commande son bateau, ou un mécanicien son train. Mais pour cela, il faut comprendre notre vraie nature. Notre « Je ».

Votre « Je »  est quelque chose qui contrôle et dirige le corps et l’esprit :

  • Il n’est pas le corps physique, c’est simplement un instrument que le « Je » utilise pour accomplir ses buts.
  • Il n’est pas l’esprit, c’est simplement un autre instrument que le « Je » utilise pour penser, raisonner et dresser des plans.

Votre personnalité se compose d’innombrables caractéristiques, habitudes et traits de caractère différents. Ils sont le résultat de votre ancien mode de pensée et n’ont rien à voir avec le vrai « Je ».

  • Lorsque vous dites « Je pense », le « Je » dit à l’esprit ce qu’il doit penser.
  • Lorsque vous dites « Je vais », le « Je » dit au corps physique où il doit aller.

La vraie nature de ce « Je » est spirituelle ET est la source du vrai pouvoir qui vient aux hommes et aux femmes lorsqu’ils prennent conscience de leur vrai nature.

Le plus grand et le plus merveilleux pouvoir que ce « Je » ait reçu est le pouvoir de penser, mais peu de gens savent comment penser de manière constructive ou correcte. Par conséquent, ils n’obtiennent que de piètres résultats.

À l’inverse, ce qui reconnaissent leurs vraies natures à travers ce « Je » bénéficient d’un grand avantage dans leurs vies. Ils n’épuisent pas leurs forces. Ils sont à même d’éliminer facilement les pensées vagabondes. Ils peuvent aisément se concentrer fortement sur n’importe quel sujet. Ils ne gaspillent ni leur temps ni leur argent à poursuivre des objectifs qui ne leur seront en aucune façon bénéfiques.

Et tout cela dépend de l’effort que vous mettrez pour diriger consciemment vos pensées et incarner ce que vous voulez atteindre. Et le résultat sera exactement en proportion avec l’effort que vous déploierez. 

L’une des affirmations les plus puissantes pour renforcer votre volonté et réaliser votre pouvoir d’accomplissement c’est : je peux être ce que je veux être. Chaque fois que vous répétez cette affirmation, réalisez qui est-ce qu’est-ce « Je » et quelle est sa vraie nature.

Si vous réalisez cette idée, vous constaterez que vous pourrez finalement vous contrôler. Et c’est là que vous trouverez votre « monde intérieur ».

On l’a dit, le « Je » ne suis qu’un point de conscience individuelle qui est de nature spirituelle, divine et créatrice. Et c’est sa nature spirituelle qui le relie à l’univers tout entier (l’esprit universel). Votre « Je » contrôle votre « monde intérieur » et ce « Je » est partie ou un avec le « Je » infini qui est l’énergie universelle ou l’Esprit universel (généralement appelé « Dieu »). Et c’est cette nature spirituelle qui fait de nous de véritables créateurs de notre réalité. D’ailleurs, on retrouve une phrase dans la Bible qui dit : «  Ne savez-vous pas que vous êtes le temple du dieu vivant ? ». Ce serait donc ici que réside le secret du merveilleux pouvoir créateur du « monde intérieur ».

Nous faisons chacun une expérience de notre réalité qui nous est propre et cela dépend de la lentille que l’on choisit de porter. Et ce choix dépend de nos pensées et de notre volonté. Qui tous deux dépendent à leurs tours du « Je » qui choisit d’utiliser son esprit et donc ses pensées et sa volonté vers ce qu’il veut.

Pour se relier au « Je », il faut calmer nos sens et concentrer notre activité mentale à l’intérieur. « Les eaux calmes sont profondes », alors plus nous sommes détendus, plus l’on peut accéder à la profondeur de notre être et ainsi diriger nos pensées avec beaucoup plus de facilité.

Attention, une surcharge de travail ou d’activités de toute sorte produit un état d’apathie et de stagnation mentale. Or, nous avons besoin de moments de calme pour pouvoir maintenir notre concentration. Nous devrions, donc, fréquemment rechercher le silence. Le pouvoir vient du repos. C’est dans le silence que nous pouvons être calmes. Lorsque nous sommes calmes, nous pouvons penser. Et la pensée est le secret de tout accomplissement.

Mais tout cela reste un travail important. Et plus seront élevés, plus grands et plus nobles seront vos idéaux que vous serez à même de concevoir, plus le travail sera important.

Comment procéder ?

Par l’exercice. La force mentale s’obtient exactement de la même manière que la résistance physique : par l’exercice.

  • Nous pensons à quelque chose, peut être avec difficulté la première fois.
  • Nous pensons une nouvelle fois à la même chose et cela devient plus facile cette fois.
  • Nous y pensons encore et encore et cela devient une habitude mentale.
  • Nous continuons à penser à la même chose. Finalement, cela devient automatique.
  • Nous ne pouvons plus nous empêcher de penser à cette chose.
  • Nous sommes positifs par rapport à ce que nous pensons.
  • Il n’y a plus de doute. Nous sommes sûrs. Nous savons.

De plus, il vous faut faire appel aux émotions pour donner du sentiment à la pensée et lui permettre de prendre forme. En effet, nos pensées doivent être portées par le sentiment que notre objectif est déjà atteint. Cela renforce notre pensée.

Petit rappel de la première partie : Ce qui apparaît à l’extérieur correspond à ce que nous possédons déjà à l’intérieur. 

 

Cinquième partie

Au moins 90% de notre vie mentale est inconsciente. Et cette inconsciente peut résoudre et résoudra n’importe quel problème à notre place si nous savons comment le diriger. Les processus inconscients sont toujours actifs.

Donc les questions à se poser sont :

  • Voulons-nous demeurer des destinataires passifs de cette activité ou voulons-nous diriger consciemment l’opération ?
  • Voulons-nous avoir une vision de la destination à atteindre et des dangers à éviter ou voulons-nous simplement nous laisser dériver ?

Comme il est dit dans les précédents chapitres, l’esprit infiltre chaque partie du corps physique et il peut à tout instant être dirigé ou influencé par l’autorité venant de l’élément objectif ou de la partie supérieure de l’esprit (l’esprit conscient).

De plus, cet esprit résulte de plusieurs choses :

  • Bien sûr de notre propre pensée.
  • Également des innombrables impressions, idées, préjugés et pensées semblables que notre esprit a reçu depuis son enfance ainsi de par son environnement social, domestique et professionnel. Nombre de ces derniers ont été reçus d’autrui par le biais d’avis, de suggestions ou de déclarations.
  • Mais aussi en grande partie de nos tendances héréditaires qui résultent à leurs tours de toutes nos générations passées.

Une idée semblait plausible. Le conscient l’a reçue, l’a passée à l’inconscient qui s’occupe ensuite de la transmettre à notre corps physique pour y être élaborée. « Le verbe s’est fait chair ».

C’est ainsi que nous sommes régulièrement en train de nous créer et de nous recréer. Nous sommes aujourd’hui le résultat de nos pensées passées et serons à l’avenir ce que nous pensons aujourd’hui.

La loi de l’attraction nous apporte non pas les choses que nous aimerions ou les choses que nous souhaitons ou les choses de quelqu’un d’autre possèdent, mais elle nous apporte « ce qui est notre ».

Alors ce que nous serons demain dépend de ce que nous créons aujourd’hui de manière consciente par nos processus de pensée.

Alors, imaginez maintenant que vous disposiez de tout l’argent nécessaire pour bâtir une maison. Aucune contrainte budgétaire, on vous laisse la possibilité de bâtir la maison de vos rêves. Ne seriez-vous pas prudents concernant ses plans, en étudiant chaque détail et en examinant les matériaux en ne choisissant que les meilleurs ?

Et cependant, comme nous sommes négligeant dans la construction de notre maison mentale qui est infiniment plus importante que n’importe quelle maison physique étant donné que tout ce qui est susceptible d’entrer dans votre vie dépend de ce qui caractérise le matériau qui entre dans la construction de notre maison mentale. Et pourtant le matériau est gratuit ! 

Qu’est-ce qui caractérise ce matériau ? C’est le résultat des impressions que nous avons accumulées par le passé et stockées dans notre inconscient (ce qui entre alors dans le domaine des habitudes et de notre personnalité).

  • Les matériaux négatifs : il s’agit de nos impressions de peur, de préoccupation, de souci, d’anxiété ou d’impressions de découragement, de négativité, de doute. Au lieu d’être à notre avantage, il sera moisi et pourri et ne nous apportera que davantage de labeur, de souci et d’anxiété.
  • Les matériaux positifs : il s’agit des impressions de courage, d’optimisme, d’abondance, d’amour, d’harmonie et de prospérité. Et si nous avons appris à rejeter toute pensée négative, si nous avons appris à éviter de les entretenir, de nous associer ou de nous identifier à elle de quelque manière que ce soit, alors notre matériau mental est alors d’une nature supérieure. Sa texture est ferme, le matériau est solide, il ne se défraichira pas et nous n’avons aucune crainte, aucune inquiétude pour l’avenir. Il n’y a rien à couvrir, aucune rustine à cacher.

C’est simple, il suffit d’entreprendre un nettoyage mental, de faire le ménage chaque jour et de ne laisser entrer seulement les matériaux de la meilleure qualité qui soit.

Et pour gagner la propriété de nos rêves, trois processus sont nécessaires :

  • Sincèrement la désirer.
  • Affirmer notre demande.
  • Et en prendre possession.

Rien de pénible ! Juste un peu de volonté.

Nous sommes en vie. Cette vie infinie coule à travers nous. Elle est en nous. Elle est la source de tout pouvoir et elle vient de l’intérieur.  C’est le « Je » en vous.

Et ce « Je » peux être ce que « Je » veux être.

 

La suite

Et voilà ! C’était les 5 premières parties de « La clé de la Maitrise ». Et si vous êtes toujours là, c’est que ça vous a sans doute mis l’eau à la bouche.

J’ai fait du mieux que j’ai pu pour synthétiser et condenser le texte de chacune des parties et autant vous dire tout de suite que cela n’a pas était facile, car chaque mot a son sens. Rien de superflu, chaque phrase et chaque mot vont vous secouer. Alors si vous ressentez l’envie de le lire. Foncez !

Et n’oubliez pas. Il ne sert à rien de le lire d’une traite. C’est un véritable cours sur l’étude de l’esprit, et c’est pourquoi il faut prendre le temps de s’en imprégner un peu plus chaque jour.

C’est un mode d’emploi, et une fois qu’on le comprend bien. Tout devient accessible.

On l’a vu, toute véritable amélioration vient de l’intérieur. Vous serez responsable de vos propres progrès et c’est pour cela que vos possibilités d’améliorations sont infinies. Mais vos résultats seront proportionnels à l’effort que vous déploierez.

De plus, chaque partie est accompagnée d’un exercice et il y a dès lors une véritable progression dans l’étude du livre.

Maintenant, voici la méthode qui est recommandée dans le livre pour l’étudier :

  • Prévoyez une période de 20 minutes tous les jours
  • Lisez et étudiez votre partie
  • Puis exécuter soigneusement l’exercice
  • Chaque partie doit être totalement intégrée et maîtrisée avant de pouvoir passer à la suivante.
  • L’idéal serait de faire une partie par semaine (ou toutes les 2 semaines).
  • Et bien sûr, l’ouvrir chaque fois que l’occasion ou le besoin se présentera.

 

Critique de « la clé de la maitrise »

Pour ma part, ce livre m’a littéralement secoué. Avant de le lire, j’avais pour habitude d’entretenir constamment des pensées négatives, de peur, de souci, d’inquiétude et le pire c’est que je n’avais jamais imaginé que celles-ci puissent avoir la moindre influence sur ma personnalité ou mes expériences de vie. On ne nous apprend pas cela à l’école…

Alors le résultat était que je manquais cruellement d’estime de soi et de confiance. J’avais peur des autres, de moi, du regard des autres et même parfois de mon propre regard, car lorsque j’ai découvert ce livre j’étais à cette période très mal dans ma tête. Je faisais en quelques sortes de la « phobie sociale ».

Mais c’est de l’ancien temps, car à ce moment j’avais pris conscience que tout ce que j’étais n’était que le résultat de mes pensées. Alors c’est avec toute la volonté et la détermination de mon esprit que j’ai changé ma façon de penser.

Aujourd’hui, j’ai beaucoup évolué et je sais où je vais et j’ai énormément de gratitude d’avoir pris connaissance des principes énoncés dans ce livre qui est un véritable trésor. Cela fait deux ans que j’ai commencé à l’étudier et je pense bien l’étudier durant encore plusieurs années si ça n’est pas jusqu’à la fin de mes jours. À chacune de mes lectures, c’est une nouvelle lumière qui s’allume dans ma tête et même après deux ans de lecture je découvre encore de nouvelles choses. Je suis vraiment curieux de savoir ou Charles Haanel a acquis toutes ces connaissances.

Points forts
  • C’est un véritable chef-d’œuvre. Toute la science et les mécanismes de l’esprit y sont décrits dans son livre et cela dans les moindres détails.
  • Vous ne trouverez pas de phrases du genre : « le secret parle à ceux qui écoutent », mais simplement des faits. C’est un mode d’emploi.
Point faible
  • S’il y a un point faible, ce serait qu’il ne met pas assez l’emphase sur l’action. Ça n’est pas en restant dans notre canapé toute la journée que notre but va être atteint. Il faut diriger toutes nos pensées vers notre but à atteindre, et toutes nos pensées doivent être supportées par le sentiment qu’on a déjà atteint notre objectif, et il faut se bouger et passer à l’action en faisant comme si cela s’était déjà produit.

 

Ma note  

chronique-la-cle-de-la-maitrise

 

Alors pour finir, c’est quoi cette fameuse clé de la maitrise ?

Selon moi, je pense que la maitrise c’est qu’on réalise la vraie nature de notre « Je ». Et une fois cette réalisation accomplie, nous pouvons prendre les commandes de nos pensées (un instrument) et de notre corps (aussi un instrument).

D’abord nous devons identifier notre idéal ou l’objectif que l’on veut atteindre. Il faut en prendre possession.

Pour cela, 4 choses à retenir :

  • Diriger consciemment et de manière constante toutes nos pensées vers notre objectif défini.
  • Également, gardez à l’esprit une image mentale de notre idéal (image de soi ou image de notre objectif).
  • Le ressentir et l’incarner comme si c’était déjà arrivé (en prendre possession).
  • Sortir de sa zone de confort et passer à l’action.

 

la-cle-de-la-maitriseCliquer sur la couverture du livre pour le retrouver sur Amazon.fr

 

Voilà, si vous avez aimé cette chronique, je vous invite à la partager et cliquez sur j’aime. Et je vous invite surtout à me laisser votre feedback à travers un commentaire !

À VOUS DE JOUER !!

Recherches utilisées pour trouver cet article :la clé de la maitrise, la clé de la maîtrise charles haanel, résumé de la clé de la maitrise

2 réactions au sujet de « Chronique du livre : La clé de la maîtrise »

  1. Superbe article ! Ayant suivit les conseils de Nils, je ne peux que recommander ce livre, qui n’est pas un livre comme les autres. En effet, celui ci vous ouvrira des voies insoupçonnés et vous rendra la vie meilleure, si vous vous donnez la peine de le lire et de l’étudier.

    Alex

    1. Merci Alex pour ton commentaire 🙂

      Je ne savais pas que tu avait continuer la lecture du livre ! Je suis content d’entendre sa, j’espère que la compréhension des principes expliquer dans le livre vont t’apporter tout ce que tu veut dans la vie.

      A+ mon pote 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *